PARTAGER

L’information est désormais officielle. L’artiste Ibaaku et la Compagnie de danse contemporaine Tenane représenteront le Sénégal à l’édition 2018 du Masa. Cette 10ème édition du Marché des arts du spectacle africain se tiendra du 10 au 17 mars 2018 à Abidjan autour du thème «Quels modèles économiques pour les arts de la scène ? Troupes, Salles de spectacles et festivals».

Par Gilles Arsène TCHEDJI

Du 27 au 30 septembre dernier en effet, le Comité artistique international du Masa a tenu à Abidjan sa réunion technique et a analysé 677 dossiers de candidatures parvenus au siège de cet évènement culturel, selon l’une des modalités suivantes : via le site internet, par dépôt physique ou par la poste. A l’issue de ses travaux, informe un communiqué, «le Comité artistique international a arrêté la liste des groupes artistiques sélectionnés qui se présente comme suit : 20 groupes en musique, 8 en danse, 8 en théâtre, 8 en conte, 10 en humour, 7 en arts de la rue, 3 en slam». Et pour porter les couleurs du Sénégal à l’occasion de cette 10ème édition qui coïncidera avec le 25ème anniversaire du Masa, il y aura l’artiste Ibaaku, de son vrai nom Stephen Ibaaku Bassène. De lui, on apprend qu’il est «un artiste en mouvement, éthéré, propulsé par un éclectique et insatiable appétit du son». «Son itinéraire créatif, précocement entamé à Thiès par la pratique du clavier et de la clarinette, l’a progressivement mené vers différents genres qu’il habite, hip-hop, soul, jazz, folk, toujours momentanément, toujours à leurs frontières», lit-on sur scenegalethic. Ce site d’informations renseigne également que «sa musique procède aussi bien de la ruche urbaine qu’est Dakar avec ses banlieues alentour, où il installa un studio d’enregistrement, que des vertes étendues de la Casamance et les paysages accidentés de la Sardaigne, où il aime à se retirer, se perdre pour mieux se retrouver». En réalité, c’est depuis la fin des années 90 que Ibaaku a commencé à produire plusieurs disques d’autres artistes et sorti avec ses groupes successifs deux albums. Il est donc, reconnaît-on, «une figure importante de la scène hip-hop» au Sénégal. «Il s’y meut comme un excentrique insider, un b-boy affranchi des codes, attitudes et formes convenus. Parce qu’étranger à la culture contemporaine de la réclame à tout crin, il reste un artiste assez confidentiel, plus occupé à créer qu’à promouvoir. Son intégrité artistique, sa liberté de mouvement, demeurés inaltérés, se manifestent dans l’œuvre protéiforme qu’il continue de forger avec son groupe I-Science, ses compositions personnelles ou encore sa collaboration avec la styliste Selly Raby Kane», informe encore scenegalethic.

Alien cartoon, la référence
Cette collaboration avec «la styliste dakaroise qui a habillé Beyoncé et sa sœur Solange» a débouché plus tard sur la naissance de l’album Alien cartoon, sorti sur le label ghanéen Akwaaba music, d’abord sur la plate-forme SoundCloud, où il est en accès libre pour les internautes africains, puis avec quatre titres supplémentaires, en Cd, en décembre 2016 (l’offre vinyle devant arriver dans quelques semaines). Alien cartoon est aussi un hommage au sabar et à son ambassadeur, Doudou Ndiaye Rose (mort en 2015). Selon Le Monde, «Les clips, à l’esthétique soignée, notamment celui de Yang Fogoye, sont des petits bijoux vidéo d’où se dégage une proposition artistique forte, faisant la part belle à une danse contemporaine sublimée par les costumes du styliste Doulsy Jah Gal». Le Monde qui a consacré en février dernier un article à «Ibaaku, l’électro choc de Dakar» mentionne également qu’il est un artiste global qui souhaite «décloisonner les esprits et les pratiques artistiques» et pour qui «la musique est un moyen de développement personnel pour revenir à soi, à ce que l’on est vraiment. Dans ce questionnement, la transe aide beaucoup».

Les sœurs Gomis en vedette
Sélectionnée aussi pour le Masa 2018, la Compagnie de danse contemporaine Tenane, elle, présentera à l’occasion un spectacle intitulé «Qui sommes-nous ?». Il s’agit d’un spectacle chorégraphié par Marie Agnès Gomis et qui traite, entre autres, du thème de l’environnement. Créée en 2007, Tenane est composée de quatre sœurs Gomis (Simone, Marie Pierre, Eveline Amie et Marie Agnès). En janvier 2015, cette compagnie de danse contemporaine avait pris une nouvelle dimension avec l’intégration de nouveaux danseurs. Elle proposa alors un nouveau style composé de différents genres de danse (danse afro contemporaine, krump, popping, breakdance, traditionnel …) développé par les membres de la compagnie Marie Agnès Gomis, Marie Pierre Gomis, Baïdy Ba, Naby Lay Moussa Touré, Simone Gomis et Yves Sambou. Ils ont représenté dernièrement le Sénégal au Festival Dance Africa à la Brooklyn academy of music (Bam) aux Etats-Unis.
Cette 10ème édition du Masa se tiendra du 10 au 17 mars 2018 à Abidjan autour du thème «Quels modèles économiques pour les arts de la scène ? Troupes, salles de spectacles et festivals». Aussi, une table ronde animée par des grands témoins rappellera-t-elle les enjeux et le contexte à l’origine de la création du Masa en 1993. La direction générale du Masa rappelle par ailleurs qu’une programmation Masa festival est prévue. «Quelques-uns des groupes sélectionnés pour le Masa festival auront accès aux show-cases qui seront programmés à l’occasion de ce rendez-vous culturel continental», précisent les organisateurs.
arsene@lequotidien.sn

1 COMMENTAIRE

  1. Bonjour, merci pour l’article, il faut pas oublier que la compagnie a était au festival Cuadernos Escénicos à Tenerife en Espagne du 17 au 23 Juillet 2017

LAISSER UN COMMENTAIRE