PARTAGER

Touba est une tribune pour certains politiques qui n’hésitent pas à profiter de ce rassemblement religieux pour décrocher des flèches à leurs adversaires. Le tout premier chef du gouvernement de Macky Sall n’a pas voulu être en reste pour régler ses comptes.

Le premier chef du gouvernement de Macky Sall a séjourné à Touba pour célébrer avec la communauté mouride le départ en exil du cheikh. L’auteur de «Servir», devenu adversaire farouche du chef de l’Etat qui l’a fait entrer en politique, n’a pas manqué de lancer des piques assassines à son ancien mentor. Il confiera à la presse, parlant du sort de Khalifa Sall : «A Khalifa, je dis bon courage. De toutes les façons, les pharaons, il y en a eu à travers les siècles. Celui-là est là, et demain quelqu’un d’autre viendra. Si j’ai un message à délivrer à Khalifa Sall qui est un ami auquel j’ai rendu visite, c’est qu’il tire les leçons du vécu de Cheikh Ahmadou Bamba.» Abdoul Mbaye, dans un accès de ferveur religieuse que l’on ne lui connaissait pas, ajoutera : «On a souvent tendance à vénérer des hommes, mais on ne cherche pas suffisamment à s’inspirer de leurs attitudes. Cheikh Ahma­dou Bamba…il croyait en quelque chose. Il travaillait pour la propagation de l’islam dans notre pays. Il s’est heurté au colon, qui avait le pouvoir à l’époque. Il a subi l’injustice. Il l’a acceptée, mais il est  toujours resté droit dans ses bottes, dans ses croyances. Il est revenu et regardez aujourd’hui ce qu’est devenu le Magal de Touba qui commémore justement le jour de son exil.»
Reste à savoir si, nouvel acteur de la scène politique, il réserve le sort politique de Cheikh Ahmadou Bamba à son rival potentiel Khalifa Sall ou à sa propre personne, surtout en direction de la Présidentielle à venir, dont on imagine qu’il sera candidat.

badiallo@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here