PARTAGER
Robert Sagna s’implique dans la résolution de la crise en Casamance.

Le parti de Robert Sagna invite à la prudence dans l’appréciation du massacre de Bofa-Bayotte ayant fait plus de 14 morts et souhaite «plus de présence» des services publics aux côtés des populations.

Robert Sagna et son parti, «indignés» et «consternés» par la tuerie de Bofa, invitent à «plus de sérénité dans l’appréciation et l’analyse» de ces «incidents tragiques». Dans un communiqué sanctionnant sa réunion, le Bureau politique du Ras­sem­blement pour le socialisme et la démocratie (Rsd) estime, en effet, que cela «ne doit pas constituer une raison de remise en cause des importants acquis de la recherche de la paix en Casamance». Et pour que pareils incidents ne se répètent plus, le «Monsieur Casamance» et ses camarades souhaitent «une présence plus marquée des services publics auprès des populations qu’ils sont censés servir au quotidien, plus d’actions préventives, de responsabilité et de justice dans la transparence et le respect de l’éthique et des valeurs de la ‘’gouvernance vertueuse’’». Le Rsd rappelle que la consolidation de ces acquis par la mobilisation et l’implication de toutes les bonnes volontés concerne tous les Sénégalais, «la crise qui sévit dans la région sud étant celle du Sénégal». Il exhorte, en conséquence, le président de la République, le Mfdc et toutes les parties prenantes au processus de recherche de la paix à «maintenir le cap pour aller dans le sens de la concrétisation des belles promesses suscitées par l’Appel du 31 décembre et l’accueil positif qui lui a été réservé par les parties en conflit».
Le Rsd a par ailleurs salué la «décrispation» du climat politique par la décision «salutaire» des partis de l’opposition, faisant preuve d’un «grand esprit de dépassement», de prendre une part active au dialogue politique organisé sous les auspices d’un facilitateur désigné à cet effet. Il faut souligner que ces concertations sur le processus électoral avaient été suspendues «jusqu’à nouvel ordre» à cause des désaccords entre la majorité et les pôles des non-alignés et de l’opposition qui y participent. Mais dans un communiqué, le président du Ccpe, Saïdou Nourou Ba, a annoncé la reprise des discussions mardi prochain. Mais sans les partis membres des deux coalitions arrivées 2ème et 3ème aux dernières Législatives, en l’occurrence Wattu senegaal et Manko taxawu senegaal.
hamath@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here