PARTAGER

Le département de Vélingara est une zone de départ importante de l’émigration clandestine au Sénégal. Aussi la jeunesse locale ne pouvait-elle pas rester silencieuse face à l’information au traitement inhumain infligé aux migrants africains en terre Libyenne.

«Je ne suis pas à vendre» est le cri de ralliement d’une centaine de jeunes du département de Vélingara, regroupés au sein du mouvement Réveillez-vous pour s’indigner de la vente aux enchères de migrants noirs en Libye. Une rencontre, qui a été fortement applaudie par des femmes et des hommes, qui ont manifesté toute leur solidarité à ce mouvement. Ali Diédhiou, coordonnateur du mouvement, a lu le mémorandum remis au préfet du département, Abdou­rahmane Ndiaye. Il dit : «A l’heure où le monde est devenu un village planétaire, où le besoin d’union et d’unité est sans conteste, il est ahurissant de découvrir qu’un citoyen du monde soit étranger quelque part, d’où notre incompréhension du concept Immi­gration clandestine.» Il ajoute : «Nous interpellons le gouvernement du Sénégal à user de tous les moyens pacifiques, diplomatiques, logistiques pour secourir nos frères et sœurs encore vivant en Libye à l’instar de pays africains comme la Cote d’ivoire, le Cameroun.» Ces jeunes du Fouladou somment «l’Etat Libyen à retrouver et à condamner toutes personnes impliquées de près ou de loin dans ces actes ignobles et obscènes».
En réponse, le préfet du département s’est réjoui de la prise de conscience manifeste des jeunes membres du mouvement Réveillez-vous. Abdourah­mane Ndiaye les a exhortés à porter la bonne parole auprès de leurs pairs du département, encore et toujours candidats à l’émigration clandestine, pour qu’ils croient en la possibilité de réussir dans leur pays. Le Fouladou est l’une des zones de départ les plus importantes de l’émigration clandestine au Sénégal, notamment dans le département de Vélingara, qui est une zone de départ importante de l’émigration clandestine au Sénégal.

akamara@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE