PARTAGER

En raison des travaux de raccordement du nouveau dispositif de protection de ses installations, l’usine de production d’eau de Keur Momar Sarr (Kms) sera mise à l’arrêt à partir de ce samedi. Par conséquent, les populations de Dakar vont renouer avec des perturbations dans leur approvisionnement en eau potable durant près de cinq jours.

De nouvelles perturbations dans l’approvisionnement en eau potable à Dakar. A partir d’aujourd’hui, l’usine de production d’eau de Keur Momar Sarr (Kms) sera encore mise à l’arrêt, entraînant ainsi un gap de 40% de la quantité d’eau fournie dans la capitale sénégalaise. En effet, elle disposait de trois ballons anti-bélier, c’est-à-dire d’un système de protection de ses installations d’une capacité de 150 m3, de couleur bleu, dressés à la verticale. Aujourd’hui, le gouvernement du Sénégal, via la Société nationale des eaux du Sénégal (Sones), en partenariat avec la Sénégalaise des eaux (Sde), veut substituer ces trois ballons par six nouveaux autres rouges, positionnés à l’horizontale d’une capacité de 300 m3.
«Nous avons également remplacé le système de protection en éliminant tout ce qui est Y et W comme pièces. Nous avons des pièces simplifiées en T, beaucoup plus faciles d’exploitation. Il s’agit aujourd’hui de raccorder une partie des nouveaux équipements qui ont été acquis par l’Etat du Sénégal pour mieux sécuriser l’alimentation en eau de Dakar. Voilà l’objet de cet arrêt programmé suivant un planning bien maîtrisé par les techniciens», a expliqué hier le directeur général de la Sones, lors d’une visite de presse sur le site. En ce qui concerne la durée de cette coupure d’eau, Charles Fall indique que les travaux de raccordement vont durer globalement 30 heures mais, précise le Dg de la Sones, «après ces travaux, il faut la mise en service. Nous sommes dans un système assez complexe, car nous sommes à 260 km de Dakar, avec des canalisations de gros diamètre. Il faut remplir à nouveau ces canalisations et remettre en marche l’usine qui a 4 pompes de très grosse puissance. Et il faut les remettre en marche suivant un protocole qui peut durer plusieurs heures (intervalle de 4 heures entre le démarrage des pompes). Il faut remplir les 250 kilomètres de canalisation, avec le réseau de distribution de 10 mille 500 km dont plus de la moitié est à Dakar et il faut remplir ce réseau. Tout cela peut prendre du temps. Nous sommes dans un planning et peut-être qu’on ne fera pas cinq jours, mais nous sommes dans le domaine de la technique». Ainsi, déclare M. Fall, flanqué des experts de la société Sade qui exécute les travaux, «nous ne pouvons ne pas nous excuser auprès des consommateurs pour ce désagrément causé. Nous avons tenu à informer avant les travaux pour que tout le monde puisse prendre ses dispositions et rassurer que nous travaillons pour ne plus être surpris par des pannes. Nous poursuivrons ce programme de renforcement de production et de correction des vulnérabilités».
dialigue@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here