PARTAGER

Le Réseau national des prestataires d’agences, les boutiques d’Orange et les grossistes refusent de se plier à un nouveau commissionnement d’Orange. Ce plan consiste à une baisse de gain de 18 à 7 francs Cfa.

Les distributeurs d’Orange Money jettent à la poubelle le nouveau commissionnement proposé par la multinationale. En effet, pour une transaction de 100 mille francs, le gain est estimé à 318 francs, alors que le client paye 2 600 francs et celui qui fait le retrait gagne 780 francs. Ainsi, Orange empoche les 1 500 francs, c’est cela les dispositions du nouveau plan. Face à cet état de fait, les prestataires d’agence ont décrété un mouvement de grève illimité. «On ne va pas lever le pied, car on ne peut pas accepter une réduction de 18 à 7 francs Cfa» dixit Khalil Ndiaye, vice-président du Réseau national des prestataires d’agence. Et d’éclaircir par la suite que le plan «est une mesure que Orange a prise pour nous imposer de nouvelles commissions quand nous avons refusé (…) ils nous ont proposé le plan (sunu karangé)». Celui-ci consiste à combler le gap de la progression minimale d’une carte orange qui est estimée à moins 12%. «Et quand on a demandé jusqu’à quand ? Ils ont dit avec difficulté au mois de mai» à faire savoir M. Niaye. A l’en croire, ce qu’Orange cherche, «c’est imposer cette grille. (…) C’est ce qu’on a compris et on est restés intraitables». «On ne touche pas à nos commissions. On y touche, on disparait», conclut M. Ndiaye.
Ce plan serait le troisième en deux ans, qu’Orange impose sans aucune concertation avec les prestataires. «Il se lève un bon jour et nous présente une méthode de travail. On a constaté que se sont nos intérêts qui étaient menacés. Ce qui prévaut aujourd’hui nous le qualifions d’esclavage économique», dénonce Maguèye Niang, coordonnateur du réseau. Et ce dernier de poursuivre : «Orange s’enrichi sur le dos des Sénégalais et je profite de l’occasion pour interpeller le président de la République.»
«Ce qui nous restait, c’est Orange Money et ils sont résolus à nous le prendre entre les mains. Nous n’allons pas l’accepter, car c’en est trop. Nous continuons le mot d’ordre de grève jusqu’à ce qu’il nous appelle à la table de négociations», a indiqué le responsable du réseau des prestataires d’agences.
Stagiaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here