PARTAGER

A quelques semaines du pèlerinage à la Mecque dont le 1er vol est prévu ce 4 août, la Délégation générale au pèlerinage (Dgp) a tenu à partager ses attentes avec les futurs pèlerins.

Comme à chaque veille du Hajj, la Délégation générale au pèlerinage (Dgp) a tenu sa grande conférence hier. Il s’agit d’une leçon sur les atouts, les limites et les difficultés liés au pèlerinage qui est souvent escorté de nombreuses polémiques. La leçon inaugurale de cette année a porté sur «Le pèlerinage, un rite intégral, facteur de cohésion». Pourquoi un tel thème ? «Nous nous rappelions que tous les rites, toutes les adorations concourent vers un seul et même but, mais aussi comment bien vivre sur terre entre les frères et sœurs qui constituent l’humanité. Et le Hajj est le symbole le plus élevé de cette cohésion et de cette fraternité», répond Abdoul Aziz Kébé, délégué général au pèlerinage. Il poursuit la vision actuelle des autorités qui ont «voulu introduire des changements positifs, une transformation catégorielle par rapport au pèlerinage en instruisant que tous les changements soient structurés par les 3 axes». C’est-à-dire les organisations qui portent le pèlerinage, la rationalisation dans l’organisation et le renouveau culturel dans le Hajj. «Ce renouveau a permis de mettre en place la communauté du pèlerinage de sorte qu’il ne soit plus un espace de conflit, de tentation entre gouvernement et voyagistes privés, mais de coopération, de cohésion pour le Sénégal», précise M. Kébé.
Cette année, les habitudes vont changer avec l’avènement de l’Aéroport international Blaise Diagne (Aibd). «Pour anticiper sur les problèmes possibles, à propos du nouvel aéroport, un comité a été mis en place au niveau de la Dgp, mais également il y aura une simulation grandeur-nature demain (aujourd’hui) que l’Aibd a prévue avec la délégation générale pour avoir une situation de vie sur le site et pouvoir constater quel est le niveau de satisfaction possible et quelles sont les limites par rapport à l’aéroport et à l’organisation mise en place», annonce le délégué général. En écho, Cheikh Tidiane Samb, porte-parole du jour des 289 organisations privées du pèlerinage à la Mecque, a confirmé la rationalisation de la gestion du pèlerinage. Il dit : «Désormais, il n’y aura plus de distinction entre voyagistes privés et ceux de l’Etat. On est tous une même famille.»
mfkebe@lequotisdien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here