PARTAGER

La présence de l’agent judiciaire de l’Etat importune encore la défense. Alors que le président du Tribunal s’apprêtait à renvoyer l’audience pour jeudi, Me Khou­raïchi Ba a demandé la parole pour interpeller le Tribunal sur la position de l’Agent judiciaire de l’Etat dans ce procès. «Vous n’avez pas vidé notre saisine sur la présence de l’agent judiciaire. Je suis chagriné. Il se comporte et s’agite comme la boule dans un billard japonais. Je veux lui demander s’il gère les fonds politiques. Sachez que je suis tenu par les termes de la loi ! Je suis désolé, mais je ne veux pas que cette question soit jointe au fond», a déclaré Me Ba. Me Ousseynou Fall d’ajouter : «Il y a une jurisprudence de la Cour des droits de l’Homme. C’est un agent de l’Etat et nous devons lui poser des questions. Il ne peut pas représenter l’Etat et en même temps plaider aux côtés des avocats de l’Etat.» Mais la position du juge est claire. «Ce que vous avez exigé, c’est l’application de la loi. Vous aurez largement le temps de revenir sur ces choses sans contrainte ni rupture», promet-il avant de renvoyer le procès à jeudi pour les plaidoiries.
justin@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here