PARTAGER

Dionne 2, Dpg 2. On ne pouvait s’attendre à un autre ton ou son du Premier ministre qui est repassé à l’Assemblée nationale en l’espace de 3 ans. C’est le même Président, le même Pm, le même référentiel des politiques publiques : le Pse. Le successeur de Mimi Touré avait pourtant décliné le programme de gouvernement de celui qui l’avait nommé au lendemain des élections locales. Il n’a pas manqué de se répéter puisque certaines promesses avaient été calées entre 2015 et 2017, donc sur l’échéance de la Présidentielle finalement repoussée à 2019. La Déclaration de politique générale d’hier a pour axe 2019, c’est-à-dire en ligne de mire la réélection du président de la République. Mais à la lecture de ses répétitions -inéluctables peut-être- dans le bilan et les promesses, l’on se demande bien s’il a laissé de la place à son patron, le chef de l’Etat qui s’adressera à la Nation le 31 décembre prochain. C’est pourquoi, à bien des égards, cette Dpg est aussi un message de Nouvel An, mais plus élastique que celui du président de la République. Les députés de l’opposition ont fait face à un «Monsieur Pse» qui a déroulé ses leçons sues, pour avoir été ministre en charge de ce référentiel de politiques publiques du chef de l’Etat. Dionne et Sall sont déjà en 2019 et cela se voit dans le leitmotiv temporel : «D’ici 2019», «avant 2019», etc. Mais c’est aussi un Pm très politique qui, sans doute, a beaucoup appris de son expérience de tête de liste nationale de Bby aux dernières Législatives. Il s’est confectionné une armure pour résister aux attaques d’une armée d’opposants si expérimentés comme Decroix, Mamadou Lamine Diallo et autres. Et il faut l’avouer, les réparties ont été à la hauteur des provocations de l’opposition. Et parfois avec des «allusions intelligentes», pour reprendre le président de l’Assemblée nationale. Comme cette petite pique contre Abdoulaye Wade qui serait, en partie, à l’origine de la situation que vit la Libye. La Dpg, c’est aussi un moment de communication. Son leitmotiv «Le Sénégal de tous, le Sénégal pour tous» tente de rassurer et de coller au contexte de dialogue, au thème de l’inclusion.
hamath@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE