PARTAGER
Baisse de 8,1% de la production et la distribution d’électricité

Dans le cadre des actions fortes engagées pour le court et le moyen termes afin de consolider et d’amplifier les performances économiques du Sénégal, le secteur de l’électricité ne sera pas en reste. Le gouvernement, d’après la nouvelle feuille de route du Premier ministre Dionne, n’entend ménager aucun effort pour booster les capacités de production. Pour l’exercice 2018, par exemple, Mahammed Boun Abdallah Dionne a annoncé que «le renforcement des capacités de production énergétique se poursuivra avec la mise en service de la première tranche de 50 Mw de la centrale éolienne de Taïba Ndiaye et des centrales solaires de Diass de 25 Mw, de Sakal, 20 Mw et Kaho­ne, 20 Mw».
En plus de ces projets du plan de production, indique le Pm, «une puissance additionnelle est attendue des projets hydro-électriques, réalisés dans le cadre de la coopération au sein de l’Omvs et de l’Omvg avec les barrages de Kaléta, Souapiti en Guinée, Gouina et Sambangalou au Sénégal.
Tout ce potentiel sera consolidé avec la mise en service en 2021, des centrales à charbon de Mboro d’une capacité de 300 Mw en 2021, éolienne de Taïba Ndiaye de 150 Mw et duale fioul de Malicounda de 120 Mw à partir de 2020 et le projet Scaling Solar de 100 Mw, en instruction». L’objectif du gouvernement, rappelle-t-il, «est d’atteindre un taux d’électrification rurale de 60 % à l’horizon 2019 et l’accès universel en 2025. Dans cette perspective, les travaux portant sur les dix concessions d’électrification rurale seront finalisés dans les trois prochaines années avec la mise en place d’un système de tarification plus équitable».
Pour assurer la disponibilité de l’électricité sur l’ensemble du territoire, ce qui est plus qu’une exigence, selon le Pm, le gouvernement a pris l’option de construire «des autoroutes de l’électricité» avec les travaux en cours pour les lignes 225 Kv concernant les axes Tambacounda-Kolda-Ziguinchor, Kaolack-Fatick ainsi que les projets de lignes de transport avec l’Omvg (Kaolack-Mbirkilane-Tambacounda-Sambangalou et Mbirkilane-Soma-Tanaf). A en croire Dionne, ces efforts en matière d’investissements ont aussi permis d’accélérer l’électrification rurale, avec 3 783 villages électrifiés sur la période 2012 à 2016, contre 1 648 entre 1960 et 2012, ce qui a fait passer le taux d’électrification rurale de 24% en 2012 à 33% en fin 2016.
Les travaux concernant les lignes 225 Kv des axes Mbour-Fatick, Kounoune -Sendou, Nouakchott-Tobène Kayes-Tambacounda dé­mar­rent en 2018.
Globalement, annonce le chef du gouvernement, «d’ici 2021, une puissance supplémentaire de 1 202 Mw sera injectée dans le réseau électrique, ce qui portera les capacités du parc de production à plus 1 700 Mw dont 30% d’énergies renouvelables, pour une demande projetée à 1 070 Mw».
mgaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE