PARTAGER
Mouhamadou Makhtar Cissé, Dg Senelec.

La Banque européenne d’investissement a accordé à la Senelec, un financement de 49 mil­liards de francs Cfa pour la modernisation du réseau de transport et de distribution électrique. Ce qui devrait permettra à des mil­lions de Sénégalais d’accéder convenablement, à l’électricité.

Après la Banque ouest-africaine de développement (Boad), un autre partenaire technique et financier vient d’accorder un financement à la Société nationale d’électricité. Il s’agit de la Banque européenne d’investissement (Bei) qui a alloué, à travers l’État du Sénégal, un financement d’un montant de 75 millions d’euros, environ  49 milliards de francs Cfa à la Senelec. Les deux parties ont procédé hier, à la signature de la convention. Le Directeur général de la Senelec, Mouhamadou Makhtar Cissé, explique : «Dans le cadre de la modernisation du réseau de transport et de distribution d’électricité de la Senelec, le Sénégal a obtenu auprès de la Bei, un prêt de 75 millions d’euros, soit environ 49 milliards de francs Cfa, rétrocédé par le Gouvernement du Sénégal à la Senelec sous forme de don. Cet accord de financement signé en novembre permettra à la Senelec de mettre en œuvre et d’atteindre ses objectifs relatifs à la réalisation, à l’exploitation et à la maintenance des installations, en parfaite conformité avec les conditions définies dans l’accord de projet. Les principaux objectifs de ce programme sont entre autres, renouveler les équipements vieillissants, construire ou moderniser des sous-stationnements pour répondre à la demande croissante, améliorer la qualité et la fiabilité de l’approvisionnement en électricité et permettre le raccordement de nouveaux abonnés au réseau, dont certains sont des familles à bas revenus vivant dans des zones rurales électrifiées. Il comprend également, l’interconnexion de plusieurs réseaux actuellement, isolés, ainsi que l’électrification de zones rurales dans la région de Casamance.» M. Cissé a rappelé aussi,  que la composante de l’opération relative à l’électrification de zones rurales dans la région de Casamance comprend des artères, moyenne tension et des équipements basse tension financés via Africain investissement facility (Afif), un mécanisme de panachage du Fonds européen de développement (Fed). Une fois mises en œuvre, les installations relatives à la composante basse tension du programme de l’Union européenne (Ue) pour l’électrification des zones rurales seront transférées aux concessionnaires correspondants. Il a mentionné également,  qu’en plus du présent prêt de la Bei, l’Ue a consenti une subvention de 12 millions d’euros, environ 7,860 milliards de francs Cfa dans le cadre de ce projet.
Mor Ndiaye, responsable financier et administratif du Projet d’appui au secteur de l’électricité (Pase), pour sa part, salue l’afflux des nouveaux bailleurs comme la Bei, l’Ue qui sont venus se joindre à la Banque mondiale. «La Banque mondiale  a consenti des fonds additionnels de 70 million de dollars. La Bei est venue avec 75 millions d’euro et l’Ue avec 12 millions d’euros. Ce qui fait au total 158 millions d’euros, soit 104 milliards de francs Cfa que les bailleurs multi latéraux ont consenti au Gouvernement du Sénégal dans le cadre du Projet d’appui au secteur de l’électricité», se réjouit-il.
Stagiaire

LAISSER UN COMMENTAIRE