PARTAGER

«Culture et émergence des territoires», c’est le thème de la 10ème édition du Festival national des arts et cultures (Fesnac). Une question qui va permettre, lors de ce grand rendez-vous culturel, de mettre la culture devant ses responsabilités, mais aussi au cœur des stratégies de développement.

Après Kolda, c’est Louga qui va accueillir, du 20 au 23 décembre 2017, le Festival national des arts et cultures (Fesnac). «Culture et émergence des territoires», c’est le thème chosi pour cette 10e édition. Lequel thème sera débattu au cours d’un colloque, qui va permettre de parler de patrimoine et valorisation des territoires, la décentralisation et l’aménagement culturel des territoires. «Il s’agit de mettre la culture devant ses responsabilités, mais aussi au cœur des stratégies de développement. Tout le monde sait que la matrice des politiques de développement au Sénégal tourne autour de l’émergence. Et la culture doit avoir une place importante», explique Fatou Guèye Sidibé Diallo, directrice du Fesnac. Non sans ajouter qu’il s’agit maintenant de le démontrer à partir de cette rencontre intellectuelle, qui «va aider à mieux comprendre la place et le rôle de la culture dans les stratégies de développement, le rôle des acteurs et des collectivités locales». Lui emboîtant le pas, Abdoulaye Racine Senghor, président du comité scientifique du projet, informe qu’on emploie le mot territoire dans ce cadre-ci en référence «à une politique nationale bien connue qui est la territorialisation des politiques publiques. Qui fait que les collectivités à la base comme les associations, les mouvements, qui constituent le propulseur de ce souci de l’émergence sont responsabilisés davantage aujourd’hui». Pour la présente édition, l’on signale que deux éléments importants vont la marquer. Il s’agit de la remise des Grands prix du président de la République pour les Arts et Lettres la veille, c’est-à-dire le 19 décembre, par le chef de l’Etat Macky Sall. «C’est une sorte d’ouverture du Fesnac. Toutes les 14 régions, qui vont y participer, seront d’abord à Dakar pour participer à cette manifestation. Dakar sera le point de lancement du Fesnac. Et c’est le Président qui va donner le coup d’envoi à partir de cette cérémonie. Et le lendemain, tous dans une caravane s’ébranlent vers Louga», indique M. Senghor. Le ministère de la Culture du Sénégal et Louga ont décidé de donner le nom de Mademba Diop au centre culturel régional de Louga. «Mademba a donné couleurs et formes à la vie culturelle à Louga. Si cette région a pu avoir cette dimension culturelle, derrière il y a cet homme», assure Racine Senghor, par ailleurs écrivain.
Côté programme, il y aura de la musique, du théâtre et de la danse. Outre ces prestations artistiques, une interrogation sur le Sénégal, ses diversités, sur ce qui lie le Sénégal aux Sénégalais se fera. Ainsi, toutes les régions devront «compétir» sur ces trois disciplines à partir de la thématique générale. Au total, 42 spectacles sont prévus, sans compter les troupes du Mali, et de la Guinée qui sont invitées. «La Francophonie, cette année, va décerner un Prix de la diversité culturelle, en dehors du Grand prix Douta Seck. Beaucoup de spectacles et d’animations, à travers toute la région, se tiendront. Un Fesnac des enfants aura lieu. Là, ce sera l’heure du conte au village sos de Louga», souligne Mme Diallo, la non moins présidente du comité d’organisation.
Au surplus, hormis des visites de sites et monuments historiques qui seront effectuées, une exposition sur les cahiers de Ponty va avoir lieu. Il faut noter également que deux pays seront représentés, le Togo et le Niger.
Evoquant l’utilité de ce festival, Abdoulaye Racine Senghor a rappelé que  le Fesnac part du souci de rassembler toutes les cultures, tous les groupes, toutes les régions du Sénégal en une occasion «où l’imaginaire, la créativité s’expriment où chacun prédit ce qu’il a de spécifique. Mais dans un esprit de création d’innovations. Tout ce qu’on l’on fait participe du souci de l’émergence». Un mot, poursuit-il, pour dire : «Notre volonté de marquer des étapes progressivement vers un mieux-être, un meilleur devenir, une participation globale de tous, avec un accent mis sur l’occupation de chacun, sur les emplois, la possibilité de développer autour de nous des activités saines.»
Par ailleurs, pour ce qui est du budget, les acteurs ont tenu à préciser qu’il y a même un budget préparation, qu’ils n’ont pas de problème, «mais un budget, c’est une prévision». A les en croire, le Président Macky Sall a répondu à leurs attentes. Toute­fois, ils ont envie qu’il dote encore mieux le Fesnac en termes de budget.
mfkebe@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here