PARTAGER

L’Union citoyenne/Bunt-bi qui a décidé d’aller aux Législatives du 30 juillet sous sa propre bannière prône un nouveau type de député pour réconcilier les citoyens et les élus nationaux. A Fatick dimanche dernier, cette formation qui a décidé de se démarquer de Benno bokk yaakaar estime qu’un député «doit faire preuve de citoyenneté, d’éthique et de compétence». El Hadj Ibrahima Mbow et ses camarades misent sur le triptyque, «je représente, je légifère, je contrôle». Et pour ce faire, le niveau doit être relevé pour la 13ème Législature. Pour sa première proposition de loi, l’Uc/B promet d’aller dans le sens d’exiger du député au moins le niveau du Baccalauréat pour lui permettre de «comprendre les lois qui sont votées» à l’Assemblée nationale. A Fatick, c’est Papa Moustapha Guèye qui va conduire la liste départementale de l’Union citoyenne. Face à la presse, le candidat a fait remarquer que les députés ressortissants de Fatick «n’ont pas correctement rempli» leur mission. Par conséquent, considère-t-il, «ils doivent céder leur place à d’autres plus compétents» qu’eux.
C’est dire que le divorce entre l’Alliance pour la République (Apr) et l’Union citoyenne/Bunt-bi n’est pas loin d’être consommé. Même si ces alliés de l’Apr continuent de se réclamer de la mouvance présidentielle. «Nous avons décidé d’aller seuls aux élections législatives parce que nous estimons que depuis 2012, nous n’avons jamais été écoutés par Monsieur le président de la République, Macky Sall, et ses responsables politiques de Fatick, malgré toutes les démarches que nous avons entreprises», a dit Moustapha Guèye qui est aussi démissionnaire de l’Apr. Il regrette le «recul»  que  connaît aujourd’hui Fatick et souligne que cette décision de faire cavalier seul traduit aussi leur liberté d’action et leur volonté de se peser.
dndong@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE