PARTAGER

L’accusation a tenté de prouver la contribution de l’Etat dans le budget municipal tandis que la défense continue dans sa stratégie qu’il s’agit de fonds politique. C’est le résumé du procès qui a été suspendu jusqu’à demain.

Les prévenus n’ayant pas d’observations à faire sur les témoignages, le procureur s’est attaqué à la gestion du maire de Dakar. Bassirou Gueye a fait une comparaison du compte administratif et de gestion de 2015. Bassirou Gueye a voulu savoir comment la mairie peut-elle dépensé 900 mille Cfa de crédit téléphonique et 3 millions pour payer les heures supplémentaires des agents par jour. « Tous les téléphones de la mairie sont escomptés. Il n’y a pas de ligne de portable à la mairie. Le projet internet à l’école a créé des classes informatiques dans tous les établissements. C’est la mairie qui supporte la facture. En plus les feux tricolores sont interconnectés et c’est la Sonatel qui le gère» a précisé Khalifa Sall. L’Agent judiciaire de l’Etat, pour sa part, a axe son argumentaire sur la contribution de l’Etat dans la constitution du budget municipal. En somme l’accusation a voulu prouvé que « la lettre croisée entre la Senelec et l’Etat » a payé des factures d’électricités de la mairie. Par conséquent, expliquent les conseils de l’Etat, la contribution de l’Etat dans le budget est effective. Une situation que réfute Khalifa qui « n’a pas souvenance de règlement de facture par l’Etat». Et pourtant l’accusation soutient que «depuis 2012, 27 milliards Cfa ont été payé pour l’éclairage public et 1 milliard Cfa pour les bâtiments de la mairie». Khalifa, ferme dans ses positions, affirme «ne pas être au courant de ce montant. Si l’Etat l’avait fait il nous aurait informés. Je veux savoir les bâtiments ou l’Etat a payé l’électricité ».

Par ailleurs, Me Yerim Thiam a voulu comparé les pratiques de Mamadou Diop et celles de Khalifa. « Mamadou Diop explique n’avoir pas utilisé le même mécanisme que vous. Il contractait directement avec le ministre » a dit Me Thiam pour inviter Khalifa Sall à faire un commentaire. Ce que le prévenu a refusé de faire. Continuant, Me Yerim Thiam a sorti un procès verbal du conseil municipal de 1920 qui informe que les fonds politiques sont destinés à financer les activités de la police. «Donc vous êtes d’accord qu’il existe des fonds politiques à la mairie» a demandé Khalifa à Me Thiam. Des applaudissements vont interrompre cet échange. L’auteur sera expulsé par la suite.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here