PARTAGER

Dans le dispositif de financement du développement mis en place par le gouvernement du Sénégal à côté des institutions bancaires privées, la Banque nationale pour le développement économique apporte une touche particulière qui fait la différence. Elle veut le démontrer encore plus en allant s’implanter dans la vallée du fleuve Sénégal, à Ourossogui, dans la région de Matam.

Le potentiel économique de la vallée du fleuve Sénégal n’a pas encore atteint sa vitesse de croisière en ce qui concerne son exploitation. Et la diversité des ressources du sol et du sous-sol y est réelle que toutes les institutions financières veulent en être. Rien d’anormal donc à ce que la Banque nationale pour le développement économique (Bnde) aille jusqu’à Ourossogui, dans la région de Matam, pour y implanter sa dixième agence. La région est riche de ses réserves de phosphate, dont l’exploitation n’a pas encore atteint son optimum. Ses capacités agricoles connues depuis des décennies se développent également à allure de sénateur ; d’où l’intérêt de trouver une institution nationale disposée à ouvrir son portefeuille aux investisseurs qui voudraient jouer leur partition dans le développement des capacités économiques de cette zone. Et la Bnde ambitionne de jouer ce rôle. La cérémonie inaugurale de l’agence d’Ouros­sogui a eu lieu le mardi dernier, en présence de M. Birima Mangara, ministre délégué auprès du ministre de l’Eco­nomie, des finances et du plan, chargé du Budget. Elle a offert l’occasion au directeur général, M. Thierno Seydou Nourou Sy, l’occasion de mettre en évidence les prouesses accomplies en un laps de temps très court où la banque a vu le jour.
«Nous avons pu financer l’économie à hauteur de 45 milliards et participé au développement du financement des infrastructures à hauteur de 20 milliards.» Ces résultats ne sont pas le fruit du hasard, ajoutera le Dg qui indiquera : «Nous avons pu mettre en place des modèles de financement qui nous permettent de nous démarquer par rapport au système bancaire classique parce que nous avons une mission assez particulière. Nous devons faire du développement tout en assurant la pérennité et la durabilité de l’institution, afin d’en faire profiter les générations futures.»
Ces modèles de financement permettent notamment d’accompagner les investisseurs de la caution jusqu’à l’avance de démarrage. La Bnde s’intéresse également au financement des secteurs aussi différents, mais importants que l’agrobusiness, le transport et même le transport maritime.
Thierno Seydou Sy affirme que le rôle de sa banque est «d’apporter une touche nouvelle à l’activité bancaire».
Le président du Conseil d’administration de la Bnde, M. Ibrahima Dème, a lancé un cri aux populations d’Ourossogui et de la région pour qu’elles participent pleinement au développement et à l’expansion de la nouvelle agence. Il a indiqué qu’elle va accompagner ses clients, tout en ayant dans le viseur sa rentabilité : «Si elle n’est pas rentable, elle va fermer ses portes. Ce n’est pas parce qu’elles sont là que ces banques vont y rester définitivement. Cela tient à l’agressivité du personnel ainsi que de la volonté de la population de se départir de ses habitudes de thésaurisation pour intégrer l’économie de marché qui ne peut se faire que dans le système bancaire. L’agence est là pour vous. Et vous, les populations d’Ou­ros­sogui, devez vous l’approprier et en faire votre banque.»
L’agence d’Ourossogui est la dixième que la Bnde a ouverte en trois années d’existence. Elle précède de peu celle de Sédhiou qui verra prochainement le jour.
mgueye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here