PARTAGER

Le paiement des mois d’arriérés de salaire. C’est ce que réclament les travailleurs du groupe Excaf télécom. Dans un communiqué, la section Synpics dudit groupe, qui menace d’aller en grève, donne à la direction de l’entreprise, un ultimatum de 48h pour que le personnel rentre dans ses fonds. Ce délai dépassé, les travailleurs soutiennent que «rien ne sera écarté».

Les travailleurs du groupe Excaf télécom sont très remontés contre les autorités de leur entreprise. Ces employés qui courent après des arriérés de salaire, qui varient «entre 6 et 13  mois», menacent d’aller en grève. Dans un communiqué, le secrétaire général de la section Synpics d’Excaf télécom informe qu’un ultimatum de 48 heures est donné  «à la direction pour le paiement des salaires».  D’après Saïdou Diallo, «au-delà de cette date, rien ne sera écarté pour que le personnel rentre dans ses fonds». Dans leur document, ces travailleurs fustigent cette «situation déplorable» qu’ils sont en train de vivre. Dans la même veine, Saïdou Diallo et ses camarades «dénoncent l’absence de diligence inacceptable et le manque de volonté manifeste de la direction générale qui ne cesse de faire des promesses qui ne sont jamais tenues».  Pour le syndicaliste, la direction ne mesure «pas la gravité de la situation, et ne se soucie même pas de trouver une solution à cette affaire».
Pour rentrer dans leurs droits, M. Diallo appelle les travailleurs à «se lever comme un seul homme pour dénoncer cette situation avec vigueur». Surtout que, souligne-t-il, leurs «doléances sont légitimes». Estimant que le groupe Excaf Télécom gère le projet de Télévision numérique terrestre (Tnt) qui est «d’une importance capitale», M. Diallo interpelle «l’Etat sur la situation».

«Un financement va être mis en place pour payer les salaires»
Joint par téléphone, le Directeur des ressources humaines (Drh) du Groupe Excaf télécom a reconnu que l’entreprise doit des mois d’arriérés de salaire aux travailleurs. Mais Ousmane Youm trouve le chiffre de 13 mois élevé. D’après le Drh de l’entreprise, le problème est connu et des séances de travail sont souvent tenues avec les syndicalistes pour trouver des solutions à ce problème. A en croire Ousmane Youm, ils attendent un financement qui va être mis en place pour payer aux employés leur dû. A la question de savoir quand est-ce que ce financement sera-t-il disponible, M. Youm soutient ne pas pouvoir répondre à cette interrogation, parce que la procédure étant en cours au niveau de la banque. Concernant les accusations des syndicalistes selon lesquelles les promesses de la direction ne sont jamais tenues, le directeur des ressources humaines du groupe Excaf télécom soutient «ne pas savoir ce qu’ils veulent dire par là».
dkane@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here