Le Quotidien

FESTIVAL - 13ème édition de «Clap Ivoire» : Lamine Diémé et Mor Talla Ndione portent le cinéma sénégalais

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Du 3 au 8 septembre prochain à Abidjan, de nombreux pays de la Cedeao vont défendre le 7e art de leur pays. Le choix de Mamy de M. Mor Talla Ndione et Echo de M. Lamine Diémé sont les deux films sélectionnés pour représenter le Sénégal.

Le film documentaire Echo de M. Lamine Diémé et celui de fiction Le choix de Mamy de M. Mor Talla Ndione représenteront le Sénégal à la 13ème édition du Festival de courts métrages dénommé «Clap Ivoire», prévue du 3 au 8 septembre prochain à Abidjan. Le synopsis du premier film, le documentaire de Lamine Diémé, renseigne qu’il s’agit d’une réalisation de sensibilisation autour du phénomène de pollution. «La planète a peur ! Comment  c’est arrivé ... tout ce ravage… tous ses bâtiments de ciment, d’acier et en plus du bitume qui renferme le sol et la nature… ? Comment c’est arrivé ?... L’homme d’aujourd’hui ne se pose certainement pas cette question, mais l’homme de demain sûrement et forcement se dira mille fois ‘’qu’est-ce qu’il faut faire maintenant avec toute cette pollution et destruction de l’écologie sur ses épaules ?‘’ … Et cela a déjà commencé ! Et on a l’écho… Echo, c’est l’écho du chaos, agissons», lit-on dans un document transmis par la direction de la Cinématographie. Quant à la fiction Le choix de Mamy de M. Mor Talla Ndione, elle relate une histoire d’amour. «Mamy, une citadine à la fleur de l’âge, est de retour au village. Ses grands parents l’accueillent dans une ambiance de sympathie. Dans l’intention de résoudre ses problèmes sentimentaux et financiers, elle se lance dans une séance de voyance avec son grand père, Mame Samba, un conservateur de la tradition. Au bout de la divination, Mamy fait le mauvais choix en voulant épouser parmi ses deux amants celui qui est riche et mal vu par la société. Son grand père, vexé et se sentant bafoué dans son honneur, se met en colère…», présente le texte rendu public.
«Clap Ivoire» est un festival destiné aux jeunes cinéastes de l’espace Cedeao et organisé par l’Office national du cinéma, sous l’égide du ministère de la Culture et de la Francophonie de Côte d’Ivoire. Cette année, le Bénin, le Burkina Faso,  la Côte d’Ivoire,  la Guinée Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal, le Togo, le Cap-Vert,  la Gambie, le Ghana, la Guinée Conakry, le Liberia, le Nigeria et la Sierra Leone seront en compétition. Et pour cette grande rencontre du 7ème art entre les jeunes réalisateurs, qui vise à promouvoir la coopération et l’intégration, le Sénégal se doit de sortir du lot en comptant sur les talents de Mor Talla Ndione et Lamine Diémé. Le premier, marié et né le 18 mai 1977 à Yenne Guedj (Yenne sur Mer), a déjà réalisé 5 films (un documentaire, trois courts métrages fiction et un long métrage fiction) dont la majorité a été projetée à plusieurs reprises au Centre culturel français. Depuis deux ans, il réalise une série de reportages photos sur la baie de Hann qu’il souhaite valoriser lors d’une exposition, vue l’état de pollution aggravé de cette baie qui était une des plus belles avec Rio. Parmi les films réalisés par Mor Talla Ndione avec les partenaires nationaux, on peut citer entre autres, Les chats de la plage (16 mn) en 2010, Le cauchemar d’Omar (16 mn) en 2011 et Le choix de Mamy en janvier 2013. Le second, Lamine Diémé, compte lui aussi à son actif plusieurs réalisations. Outre l’Echo, son film sur l’écologie qui a déjà été «Lauréat du festival international d’éco-métrage» organisé par l’ambassade d’Espagne, il a réalisé Museek madam plastig de Joseph Gaye Ramaka, un film d’animation sur l’environnement produit et réalisé par Gorée Island Cinéma, Sunu Société, un film documentaire de 57mn sur la lutte contre la drogue et le tabac entre autres œuvres.

Rencontres
Selon le communiqué de la direction de la Cinématographie, il se tiendra au Clap Ivoire 2013 une conférence des directeurs de la Cinématographie sur le thème : «Quelle politique de circulation de l’image dans l’espace Cedeao ?», mais aussi des leçons de cinéma seront données par le réalisateur sénégalais Moussa Touré. Il y aura aussi des communications sur les thèmes : «De l’argentique au numérique : avantages et inconvénients» et «La politique cinématographique de l’Oif dans les pays du sud» par Mme Souad Houssein de l’Organi­sation internationale de la Francophonie.
Cet adresse mail est protégé contre les spambots. Vous avez d'activer le javascript pour la visualiser.

1 K2_COMMENT

  • Jocelyn

    A peson essentially assist to make severеy posts I might state.
    This iis the vеry first timee I frequented yoսг weЬsite page and to this point?

    I amɑzed witҺ the research you made to crеate thjs actual submit incrediblе.
    Excellent process!

    Rapporter Jocelyn jeudi 17 avril 2014 13:32 Lien vers le commentaire

Laissez un commentaire

copyright 2011 Le quotidien |Tous droits réservés. Réalisation africa-tic.com.

Top Desktop version