Le Quotidien

SPECTACLE - Pour sa première scène après sa sélection aux Prix Rfi Découvertes 2013 : Leergui Acoustic illumine l’Institut français de Dakar

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le groupe de musique Leergui Acoustic, sélectionné aux Découvertes Rfi 2013, s’est produit vendredi dernier à l’Institut culturel français de Dakar. Il a étalé toute sa classe, faisant jaillir sa (lumière) pour égayer le public savoureux de bonnes mélodies.

Ce fut un concert étincelant. Fidèle à son patronyme, Leergui Acoustic a, vendredi dernier, éclairé voire illuminé de bonnes sonorités, l’Institut culturel français de Dakar. Ces artistes, récemment sélectionnés aux Prix Découvertes Rfi 2013, ont étalé toute leur classe devant un public venu assister à leur concert, malgré le vent glacial qui soufflait sur Dakar. La troupe à Daouda Ngom dit Ken et Cie, ont en effet entraîné les spectateurs dans un voyage musical au bord du Nil, dans les sillons du fleuve Niger, puis dans les grands espaces sud africains. Le titre Mame Cheikh Ibrahima Fall, en hommage au guide spirituel des «Baye Fall», a surtout transporté les spectateurs dans les souvenirs de Touba. Ce fut un moment de grâce artistique, dans une parfaite harmonie entre la belle et douce voix de Aminata Douké dite Amina et celle de Daouda Ngom (lead vocal du groupe).
Au fur et à mesure qu’avançait le temps, le rythme s’accélérait et donnait une autre tournure à cette belle soirée, riche en mélodies, avec de belles chorégraphies du talentueux danseur Dame Kassé qui a étalé toute sa classe pour convaincre l’auditoire de son talent. Plusieurs morceaux se sont succédé, agrémentant la partie. C’est le cas de la chanson «sama Dunda gui» (ma vie), qui raconte les souffrances et les misères de la vie, les difficultés vécues au quotidien… Leergui acoustic a ainsi abordé plusieurs thématiques dont l’immigration clandestine, à travers le tube «Africa», qui est un appel au réveil de l’Afrique, un appel à la paix, à l’arrêt des conflits, un appel au sursaut continental pour tendre vers l’émergence tant prôné. «Yamaké», chanté dans la langue locale siéra-léonaise, a servi d’hommage à toutes les femmes du monde. Dans cette chanson, Amina n’a pas manqué de faire ressortir l’émotion et toute la douleur que l’on ressent à la perte d’un être très cher.

Itinéraire élogieux
Leergui acoustic, ce trio venu du Sénégal et originaire de Thiès, s’est longtemps produit dans les clubs de Casamance où il s’était établi au milieu des années 1990. Aujour­d’hui, il s’est agrandi et compte 6 mem­bres dont : Aminata Douké, (lead vocal), Daouda Ngom dit «Ken» (chant et guitare), Mousta­pha Guèye dit «Tapha» (calebasse), Alain Diallo (Batterie), Papis  (clavier), et enfin Ndo (Kora) qui apporte toute une palette musicale de la grande variété des sonorités africaines. Aujourd’hui, leur formule est basée sur la guitare acoustique et les rythmes des percussions, mêlés à l’harmonie des voix. Le public sous le charme de leur dernière prestation, en a redemandé encore. Leergui acoustic, c’est absolument une grande découverte, mais c’est surtout des talents artistiques à suivre au fil du temps.

Stagiaire

Dernière modification le mercredi, 29 janvier 2014 11:19

copyright 2011 Le quotidien |Tous droits réservés. Réalisation africa-tic.com.

Top Desktop version