Le Quotidien

Soirée culturelle en souvenir de Guelaye Aly Fall : Une clôture en apothéose

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le Grand Théâtre de Dakar a vibré samedi dernier aux sons des voix du Pekaan. La soirée qui clôture l’hommage à Guelaye Aly Fall a drainé un monde fou. Hormis l’absence de Baba Maal très attendu par le public, l’on a noté des moments forts avec l’intronisation du Grand Serigne de Dakar, Abdoulaye Makhtar Diop comme Jaltabe, chef des Thioubalo.

L’hommage à Guelaye Aly Fall a été clôturé en apothéose par une soirée culturelle au Grand Théâtre de Dakar. Les organisateurs ont particulièrement soigné leur affiche avec au programme, une brochette de chanteurs de Pekaan de renommée. La qualité de l’affiche explique d’ailleurs qu’un nombreux public se soit déplacé pour écouter les héritiers du plus grand artiste de Aram dans le département de Podor. Et c’est par un film que la soirée a démarré. Un film qui retrace la vie de l’illustre chanteur, né en 1898 et disparu en 1971. A travers les récits de ses contemporains et les témoignages d’universitaires et d’artistes qui ont repris le flambeau, la personnalité de Guelaye Aly Fall a été dévoilée aux spectateurs. Le Pr Amadou Ly explique dans le film que «Guelaye est une sorte de peintre». Ses nombreuses œuvres poétiques peignent en effet la vie sur le fleuve et autour.
Après un intermède où quelques jeunes talents ont pu faire leur prestation, place à Dollar Sarr qui introduit la partie consacrée au Pekaan. Dans un décor de filets de pêche où s’accrochent des poissons, une pirogue et des pêcheurs viennent rappeler que les peuples de l’eau sont à l’honneur. C’est tout le sens de la présence d’une troupe de danseurs et chanteurs sérères Niominka venus des Iles du Saloum. Au rythme endiablé des instruments décorés à l’effigie de l’homme que l’on célèbre, la troupe plonge la salle dans une ambiance folle. Hautement appréciée par le public, la troupe des «esclaves» sérères retourne dans les coulisses sous une pluie de billets de banque. S’ensuivent des chanteurs de Pekaan. Par couple, l’un chantant et l’autre déclamant des incantations, Samba Dougel puis Ngari Ngawle régalent le public de leurs envolées lyriques, calquées sur celles de Guelaye. L’effet est immédiat sur les spectateurs qui se démènent pour participer à la séance. C’est la cacophonie et le désordre. Désordre accentué par l’impatience de ces spectateurs à voir monter sur scène Baba Maal, le lead vocal du Dande Leniol. Mais au final leur espoir fut déçu. Puisque le roi du yela ne s’est pas montré. Il a fait faux bond aux organisateurs, alors qu’il avait bien confirmé sa participation à cette soirée.
Renseignement pris auprès des organisateurs, l’on informe que Baba Maal était en concert en Mauritanie. Le roi du yela, qui «avait pourtant donné son accord de principe et appelé même les artistes à massivement soutenir cet hommage», n’a finalement pas répondu à l’invitation du Grand Théâtre. «Baba Maal est resté injoignable tout le week-end. Il était en concert en Mauritanie», a renseigné Racine Sall, le coordonnateur du projet, qui reconnaît que jusqu’à la dernière minute, «tout le monde était sûr que Baba Maal allait venir. Puisqu’il n’a pas décommandé».

Le Grand Serigne de Dakar appelle à l’union des cœurs
Il faudra l’entrée en scène de Penda Boudal Sarr pour ramener l’attention du public sur la scène. Le timbre fort et puissant de la native de Dondou suffira à replonger les spectateurs dans la transe du Pekaan. L’arrivée de l’unique femme à avoir osé entonner ce chant réservé aux hommes, ceux de la famille Dieye particulièrement, a le mérite de libérer la parole des femmes. Elles arrachent le micro pour dire également leurs incantations. Mais c’est déjà le moment de procéder aux décorations protocolaires et à l’intronisation de El Hadji Abdoulaye Makhtar Diop, Grand Serigne de Dakar et chef de la communauté léboue du Cap-Vert, au titre de Jaltabe, chef des Thioubalo. «Les peuples de l’eau sont les mêmes», dit-il en appelant au raffermissement des liens entre lébous et hal poular. Il annonce ainsi que les deux peuples se rencontreront bientôt au Penc de Santiaba, siège de la communauté leboue de Dakar. En plus du Grand Serigne de Dakar, d’autres personnalités ont reçu des décorations. C’est le cas du transporteur Lobatt Fall, figure emblématique du Fouta.

Cet adresse mail est protégé contre les spambots. Vous avez d'activer le javascript pour la visualiser.

copyright 2011 Le quotidien |Tous droits réservés. Réalisation africa-tic.com.

Top Desktop version