Le Quotidien

ART - Exposition de l’artiste Martha Muniz à la galerie Arte : Fenêtre sur le tissage brésilien

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Pour son deuxième séjour au Sénégal, l’artiste brésilienne Martha Muniz, qui pratique le tissage, a choisi d’exposer ses œuvres à la galerie Arte de Dakar. Ainsi, du 11 juillet au 22 septembre prochain, le public aura l’occasion de découvrir ce type de tissage réalisé avec de la fibre végétale et du textile. Originaire de la ville de Bahia (Brésil), Martha Muniz présente à travers cette collection le tissage propre à cette ville, tout en y apportant des innovations.

Le tissage sera à l’honneur du 11 juillet au 22 septembre prochain à la galerie Arte. En collaboration avec l’ambassade du Brésil au Sénégal, cette galerie compte offrir au public l’occasion de découvrir durant cette période les œuvres de l’artiste brésilienne Martha Muniz qui a fait de sa spécialité le tissage avec des matières et des techniques innovantes. «Originaire de Salvador de Bahia, Martha Muniz tisse des pièces décoratives et usuelles (sets de table, napperons, abat-jours, chemins de table) avec du ‘’Picaca’’ qui est une fibre végétale provenant d’un palmier de Bahia qui pousse essentiellement sur l’île d’Itaparica, dans la baie de Tous les Saints. Elle organise elle-même la récolte de ce matériau qui est utilisé traditionnellement par les Indiens depuis des lustres», a-t-on expliqué dans le document de présentation de cette exposition.
Avec du textile et des fibres végétales, l’artiste parvient à réaliser des ouvrages assez originaux et colorés. A travers les quelques pièces de tissage présentées à la galerie, on peut avoir un aperçu sur son savoir-faire. Sur l’une de ses œuvres, on voit les fils de couleur et de matériaux différents qui s’entrelacent. L’idée est d’assortir «la fibre de ‘’Piacaca’’, qui est de couleur brune à côté du coton coloré et d’une autre fibre d’un autre type de palmier de couleur jaune clair».
En conférence de presse hier dans le cadre de cette exposition, l’artiste brésilienne est revenue sur sa passion pour cet art qu’elle a commencé à pratiquer à 8 ans. Alliant études et tissage, Mme Muniz a très tôt décidé de se consacrer à ce métier. La dame, qui a décidé d’innover avec cette technique de tissage en 1969, soutient qu’elle s’est très tôt identifiée dans ce milieu et a fini par attraper le virus. Outre sa passion pour la création, l’artiste voit aussi par l’utilisation de ces matériaux d’origine végétale, qui sont souvent jetés, un moyen de les recycler et d’en faire des choses utiles et jolies.  
Ayant foulé pour la première fois le sol sénégalais en 2012 dans le cadre de la Biennale de l’art africain contemporain de Dakar, elle revient cette année dans le but de «présenter sa dernière collection». Au-delà de l’exposition, «elle fera une résidence artistique avec des tisserands sénégalais durant 3 semaines afin d’échanger les techniques et de créer de nouveaux produits métissés».

Cet adresse mail est protégé contre les spambots. Vous avez d'activer le javascript pour la visualiser.

copyright 2011 Le quotidien |Tous droits réservés. Réalisation africa-tic.com.

Top Desktop version