Le Quotidien

APR - Limogé du gouvernement, contesté et mis en minorité dans son parti,... : L'ABC d'une solitude

Il incarne la rébellion et l'insoumission face à ceux qui symbolisaient l'ordre. Depuis son limogeage du gouvernement, il multiplie les sorties les plus fracassantes, selon ses détracteurs de l’Alliance pour la République (Apr). Pourtant, il a été au cœur de la naissance de ce parti où il est considéré comme un paria. Une solitude assumée.

Pour certains c’est l’artisan de l’alternance, battant durement campagne pour la reddition par les urnes du Parti démocratique sénégalais (Pds). Pour d’autres, c’est le fossoyeur de la diplomatie sénégalaise et le semeur de zizanie en chef au sein du parti présidentiel. Enfin pour le gouvernement américain, il a tout l’air d’une anguille se faufilant  dans les eaux troubles du trafic Ouest-africain de stupéfiants. Ses prises de positions de ces derniers jours ont ravivé les dissensions entre ses partisans et détracteurs au sein de l’Apr. Après avoir fait le tour du pays et des communautés de l’extérieur du pays, Alioune Badara Cissé sort du bois jusqu’à se distinguer publiquement lors de la prière de la commémoration de l’Appel de Seydina Limamou Laye. A quels desseins se voue celui à qui on prête de vouloir devenir khalife à la place du khalife ?

C’est un coordonnateur national décrié par ses pairs de l’Apr et une partie des militants qui joue avec le feu ces derniers temps. «Irrévérencieux» envers le chef de l’Etat selon certains, il serait à ranger avec Idrissa Seck dans la catégorie des empêcheurs de gouverner en rond. Pourtant à la différence de l’édile de Thiès, il semble que la stratégie déployée par ABC ne concourt pas à la même ambition. Sommé de se clarifier et de cesser de déserter la maison Apr, Alioune Badara Cissé cherche plutôt à alimenter l’opacité de sa position actuelle sur l’échiquier politique. Préférant sans doute la politique du marigot, ABC assure continuer à s’exprimer dans le sens du changement tant invoqué par l’Alliance pour la République. Tout en se permettant de lancer quelques piques à destination de ceux qui voudraient voir dans le fonctionnement du gouvernement de la coalition Benno bokk yaakaar et du parti présidentiel un modèle du genre aux rouages parfaits. L’accusant de vouloir torpiller cette «belle machine démocratique», ses détracteurs le suspectent de vouloir renvoyer le Sénégal aux affres du régime Pds, voire à l’instar de Idrissa Seck de travailler en sous-main pour de grandes retrouvailles de la famille libérale. A ses yeux, la liberté d’expression est sanctifiée. Comme Idy, il critique la gestion gouvernementale. Il y a quelques mois, il a poussé l’outrecuidance jusqu’au bout en allant présider la mise en place de la Convergence bokk gis gis dirigée par Pape Diop.  Un crime de lèse-majesté.

Solitude

Pour Macky Sall qui connaît aussi bien que ces deux derniers ce que Parti démocratique sénégalais veut bien signifier, l’heure est à la prise de la hauteur afin de recevoir comme il se doit le cousin des Amériques. Afin de bien balayer devant sa porte, il ne pipe mot et laisse son compagnon d’armes se faire griffer par le ministre conseiller Mahmout Saleh, le député Abdou Mbow et  le délégué à la solidarité nationale Mansour Faye. Un silence en forme de désaveu confirmant la défenestration ministérielle d’octobre dernier.

Il souhaiterait qu’il cède son fauteuil de numéro un de l’Apr. Et cela pour le bien du pays et de ses institutions. Mais le chef de l’Etat sait que son mandat présidentiel va échoir à celui qui aura su massifier et imposer son leadership au parti qui remportera la mise électorale. S’il laisse son fauteuil de numéro un de l’Apr, la logique veut que le numéro deux lui succède. D’après l’organigramme du parti et en dépit des tumultes récents, Alioune Badara Cissé demeure ce numéro un bis. Raison de plus pour que tel un caïman, il se débatte comme un diable pour garder la bouche ouverte et rester vivant dans le marigot du changement et de la bonne gouvernance.

                                                                                                                                        Stagiaire

copyright 2011 Le quotidien |Tous droits réservés. Réalisation africa-tic.com.

Top Desktop version