PARTAGER

Le football africain s’apprête à vivre un grand changement. Pour la première fois, la vidéo sera utilisée dans une compétition africaine. L’arbitrage vidéo sera effectif à partir des demi-finales du Chan 2018 qui se tient au Maroc du 13 janvier au 4 février. Auparavant, cinq matchs secrets tiendront lieu de test.
«C’est une grande nouveauté même si nous avons déjà cinq arbitres africains qui ont eu à faire avec l’arbitrage vidéo (ils ont aussi été désignés pour officier au Mondial 2018), commente pour Rfi l’ancien joueur de Nice, Anthony Baffoe. Il va falloir de la pratique et il fallait bien commencer un jour.» L’ancien joueur du Ghana ajoute : «Je sais qu’il y a beaucoup de débat autour de l’arbitrage vidéo et nous allons voir comment nos arbitres s’adaptent.» Selon lui, l’assistance de la vidéo va permettre encore plus de professionnalisme dans le football africain.

Vers une réforme du Chan
Les membres du Comité exécutif de la Caf sont actuellement au Maroc pour assister à leur premier Chan sous l’ère de leur nouveau président, le Malgache Ahmad Ahmad, mais ils ne seront pas là seulement pour assister à la cérémonie d’ouverture prévue ce samedi 13 janvier. Ils tiendront aussi un conclave d’où sortiront d’importantes décisions relatives à la réorganisation du football africain.
Le quotidien Al Akhbar, dans son édition de ce vendredi 12 janvier, rapporte que le Comité exécutif débattra de plusieurs réformes concernant toutes les compétitions continentales (Can, Chan, Coupe de la Caf, Champion’s League).
Ainsi, pour le Championnat d’Afrique des Nations, il est proposé de ne plus considérer comme «professionnels» les joueurs africains évoluant en dehors de leur pays, mais opérant dans un championnat africain. Dans ce cas de figure, et à titre d’exemple, Walid Azaro, qui joue à Al Ahly du Caire, pourrait être sélectionné par Jamal Sellami. Selon Al Akhbar, nombre d’entraîneurs et cadres de la Caf ont proposé d’élargir le concept de «joueurs locaux» pour l’étendre à tous les footballeurs évoluant dans les championnats d’autres pays du continent africain.

La Can en janvier-février ou en été ?
Cependant, une proposition divise encore les membres du Comité exécutif de la Caf. Celle de changer la saison de la Can que certains veulent organiser en été, plutôt que durant les mois de janvier-février, chaque deux ans. Selon ses détracteurs, une telle décision sera problématique pour les joueurs africains évoluant en Europe, car ils n’auront plus de repos. Ce qui risque non seulement de déteindre sur leur rendement à la Can, mais aussi avec leur club d’origine où ils risquent de perdre leur place. Un dilemme que doit résoudre la Caf, car ce problème se pose aussi pour l’actuel format de la Can.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here