PARTAGER

On ne peut pas ne pas y voir une allusion à Idrissa Seck. Et c’est Abdoulaye Wade qui le dit : «Il me revient que certains de mes anciens compagnons ont décidé de présenter leur candidature à la présidence de la République. C’est leur droit. Cependant, je voudrais faire savoir que je ne parraine aucune candidature autre que celle du Parti démocratique sénégalais, parti dont je suis la personne morale.» En fait, il y a quelques jours, le leader de Rewmi avait déclaré avoir eu un entretien téléphonique avec Karim Wade qui dit le réconcilier avec son père. Et certains caciques du Pds avaient interprété cette déclaration comme une insinuation à un mot d’ordre aux militants libéraux de se ranger derrière l’ancien fils putatif. Et il est vrai aussi que Samuel Sarr, qui a annoncé sa candidature vendredi, a fait un appel du pied à ses ex-frères de parti. Mais c’est au moment où Idrissa Seck lance son programme que Wade a choisi de communiquer. «Je ne donne ma bénédiction à un quelconque autre candidat qui se réclamerait de ma pensée et dont l’objectif réel serait, en vérité, de disperser ma famille politique et vendanger l’héritage de mon parcours qui est, pour l’instant, entre des mains qui ont ma confiance», a dit l’ancien chef de l’Etat dans un communiqué signé par le porte-parole du secrétaire général national du Pds, Babacar Gaye.
hamath@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here