PARTAGER

L’Equipe de France a rejoint la finale de la Coupe du monde pour la troisième fois de son histoire en dominant la Belgique (1-0) sur un but de Samuel Umtiti. Les Bleus viseront une deuxième étoile dimanche, contre l’Angleterre ou la Croatie.

Elle était là, elle leur tendait les bras. Les Bleus l’ont saisie à pleines mains. Dimanche, ils joueront la finale de la Coupe du monde ! Pour la troisième fois de son histoire, après 1998 et 2006, l’Equipe de France aura cette immense chance. Vingt ans après avoir soulevé le trophée à la maison, c’est à Moscou que Didier Deschamps et ses joueurs tenteront d’aller chercher le graal. Ce sera face à l’Angleterre ou à la Croatie. Mais avant d’y penser, il faut savourer. Car leur victoire contre la Belgique (1-0), ce mardi, a été acquise de haute lutte. Les Diables Rouges n’avaient plus perdu depuis 24 matches. On redoutait leur attaque, mais c’est la défense française qui a eu le dernier mot…
Mais le premier but n’a pas tardé à arriver après la pause. Sur un corner de Griezmann, Umtiti a jailli au premier poteau, pour devancer Fellaini de la tête et tromper Courtois (51e). Jusque-là très tactique, malgré pléthore de situations franches des deux côtés, le match était enfin lancé. Mbappé a continué de régaler, mais Giroud n’en a pas profité (56e). Fellaini aurait pu se racheter mais sa tête n’a pas trouvé le cadre (65e). Dans une ambiance feutrée, loin d’être à la hauteur d’une demi-finale de Coupe du monde, les acteurs ont fini par faire lever les 64 286 spectateurs, dont le Président Emmanuel Macron, en se rendant coup pour coup. La tension est montée aussi d’un cran dans les vingt dernières minutes, à mesure que le chrono tournait. Mais à l’exception d’une frappe de Witsel boxée par Lloris (81e), les Diables Rouges, qui ne lâchaient plus le ballon, ne savaient plus trop quoi en faire. Griezmann (90e+2) et Tolisso (90e+5) auraient pu soulager tout le monde. Qu’importe, au coup de sifflet final, le grand ouf n’en était que plus beau.

Une défense de fer
Combien de centres ont-ils repoussé ? Combien de ballons chauds ont-ils dégagé ? Les Bleus ont fait corps pendant 90 minutes pour ne pas céder face à la meilleure attaque du tournoi. Après une première période difficile, face aux changements de rythme impulsés par Hazard notamment, ils ont resserré leur bloc en seconde et n’ont plus laissé le moindre espace pour éteindre le capitaine belge. Enfermé dans la tenaille, Lukaku a été inexistant. Et même après l’entrée de Mertens sur la fin, l’arrière-garde tricolore s’est adaptée, pour ne plus être inquiétée. Impérial dans sa cage, Lloris a pu compter sur un axe central Varane-Umtiti impressionnant de solidité. Sur six matchs disputés, l’Equipe de France en a fini quatre sans prendre le moindre but.

C’est dit… C’est dit… C’est dit…

Didier Deschamps, coach des Bleus : «Quelque chose d’exceptionnel !»
«C’est quelque chose d’exceptionnel. Je suis très heureux pour mes joueurs. Ils sont jeunes, mais ils ont montré du caractère, de la mentalité. Ça a été dur, le but a fait du bien. C’est un défenseur qui le marque. On a travaillé beaucoup défensivement, et je pense qu’on aurait pu en mettre un de plus en contre en fin de match. Chapeau à mes joueurs et à l’ensemble de mon staff. C’est beaucoup de fierté, par rapport à mon groupe.»

Samuel Umtiti, buteur et Homme du match : «Il y avait 11 chiens sur le terrain»
«On a fait le travail tous ensemble, c’est vrai que c’est moi qui marque ce but mais pendant tout ce match, on a bien défendu ensemble, on a fait tous les efforts ensemble, et on est récompensés par cette place en finale. On a fait le job, on s’est déchirés, il y avait 11 chiens sur le terrain, ceux qui sont rentrés aussi, et c’est avec cet état d’esprit qu’on va aller la remporter. C’est vrai que c’est un truc de fou. J’avais l’habitude de rester au milieu du terrain, et il y a quelques semaines, en regardant un peu mes matchs et les coups de pied arrêtés, j’ai décidé de soit aller au premier poteau, soit d’attendre au deuxième, et ça a été payant ce soir. On ne réalise pas trop, mais on sait qu’on fait quelque chose de grand. Il reste encore un match pour que ce soit très, très grand. On va tout faire pour remporter cette compétition.»

Avec lequipe.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here