PARTAGER

Fallou Mbacké, plus connu sous Galass Kaltom Mbacké, Mame Khary Mbacké et Amy Diop Yaba ne vont pas rempiler à l’Hémicycle. Ils n’ont pas été reconduits sur la liste départementale de Benno bokk yaakaar de Mbacké. L’annonce a été faite par Moustapha Cissé Lô en marge du vote du budget de la Chambre de commerce, d’agriculture et d’industrie de Diourbel. Le député de l’Apr, qui milite désormais à Dakar, entend proposer à l’Exécutif d’introduire un projet de loi portant restriction du nombre de bulletins de vote qui est, pour cette élection, à près de 50. Moustapha Cissé Lô s’est livré aux questions de la presse.

Mbacké : Magatte Diakhaté, Galass Kaltom, Mame Khary Mbacké et Amy Diop Yaba ne sont pas reconduits
Ces députés ne seront pas reconduits. Si on en croit Moustapha Cissé Lô. Face à la presse, le vice-président de l’Assemblée nationale, qui a révélé qu’il sera sur la liste nationale, a levé un coin du voile sur la liste de Benno bokk yaakaar du département de Mbacké. Outre Cheikh Abdoul Ahad Mbacké Gaïndé Fatma, il y aura aussi Abdou Mbacké Ndao, le maire de Mbacké. Ce département va se retrouver, si Benno gagne, avec 7 députés. Cissé Lô et Abdoul Ahad Seck Sadaga seront investis sur la liste nationale. Le vice-président de l’Assemblée sortante annonce qu’il va remettre 10 millions de F Cfa pour épauler le comité électoral de la liste départementale. Sur cette non-reconduction, il dit : «Ce n’est pas seulement dans le département de Mbacké. Sur la liste du  département de Dakar, aucun député ne sera reconduit. Je pense que s’il y a reconduction, il n’y en aura que deux au maximum.  Partout, il y a des députés qui ne sont pas reconduits parce que si on élit un député, c’est pour 5 ans. C’est  un mandat limitatif. Ce n’est pas un mandat renouvelé forcément. Pour une reconduction, dans les grandes démocraties, il faut une certaine redevabilité. Il faut que les gens estiment et jugent nécessaire que vous devez continuer. A Diourbel, je ne pense pas que ceux qui étaient sur la liste départementale vont être reconduits. Il y a eu des mouvements avec des entrées et sorties. Peut-être dans 6 mois, certains vont rejoindre le Conseil économique, social et environnemental. Et d’autres dans le gouvernement ou des ministres conseillers ou conseillers du Président. Donc, ceux qui avaient joué un rôle lors de la 12ème Législature ont fait leur temps. On souhaite que cette 13ème puisse répondre aux aspirations des populations qui ont porté leur choix sur nous.»
Sur les chances de la coalition Bby à Touba, M. Lô crie déjà victoire. «Nous pensons engranger 75% des voix à Touba parce que nous sommes seuls dans cette zone, et dans celle de Abdoulaye Wade, il y a deux Mbacké-Mbacké de même père», explique-t-il. Cissé Lô a ainsi soufflé le nom des candidats de Benno pour Dakar. Il s’agit du ministre de l’Economie, des finances et du plan Amadou Ba, du maire de Yoff Abdoulaye Diouf Sarr, du maire socialiste de Grand Dakar Jean-Baptiste Diouf, entre autres. Le responsable de l’Apr promet d’épauler ces candidats de Dakar, de Thiès et des autres départements.

«Je ne suis pas candidat à la présidence de l’Assemblée»
«Même si je ne fais pas de campagne, je passerai parce que je suis dans une position confortable. Je ne serai plus dans une liste où je pourrai perdre. J’ai un mandat international avec mon poste de député de la Cedeao. Si jamais j’étais sur une liste où je ne suis pas élu, le Sénégal allait perdre tout ce travail abattu. La preuve, pour la première fois, un président du Parlement de la Cedeao a fait une communication au niveau du Parlement européen sur la question migratoire. Si j’avais une liste, je n’allais pas sortir sur les 5 premiers. Je ne suis pas candidat au poste de président de l’Assemblée nationale», a-t-il dit. C’est qu’en 2012, il avait voulu disputer le perchoir à Moustapha Niasse, désigné par Macky Sall. «Je n’ai pas le temps matériel parce que je ne dispose que de 54 jours de repos. J’ai trop de charge au niveau du Parlement de la Cedeao dont le budget sera voté sur la période du 8 au 25 novembre prochain», explique-t-il.

Procédure d’urgence pour restreindre le nombre de bulletins de vote
Pour ces Législatives, l’électeur devra prendre 49 bulletins avant de faire son choix. Moustapha Cissé Lô pense que c’est trop et a l’intention de saisir l’Exécutif dans ce sens avant la fin de cette Législature. «J’ai déjà sollicité de notre coalition qu’on puisse introduire en procédure d’urgence un projet de loi pour restreindre le nombre de bulletins à porter par l’électeur pour faire son choix.  Soit 3 ou 5. On ne peut pas prendre 47 ou 48 bulletins. Ce sera une cacophonie et le choix sera difficile parce que tout le monde n’est pas censé connaître les uns et les autres. Mais si on réduit le nombre de bulletins, cela va faciliter le vote», estime-t-il. Pour lui, ceux qui ont moins de 3% doivent être sanctionnés. «Non seulement qu’ils perdent leur caution, mais qu’ils paient deux fois la caution et qu’ils restent trois élections sans se présenter. Sinon on risque d’aller à une Prési­dentielle avec 100 candidats. Il faut bloquer les candidats à cinq courants de pensée et qu’on fasse des investitures par élection et par département», suggère M. Lô.
badiallo@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE