PARTAGER

 Envoyé spécial à Popenguine – Les prochaines Législatives préoccupent l’Eglise du Sénégal. Aussi, lors de la messe clôturant le 129ème pèlerinage marial de Popenguine, l’évêque de Kolda, Mgr Jean Pierre Bassène, a-t-il invité les acteurs politiques à «une campagne électorale paisible et élégante».

Les élections législatives du 30 juillet prochain ont été un des thèmes de l’homélie de l’évêque de Kolda à l’occasion de la messe de Pentecôte qu’il a dirigée hier à Popenguine. Lors de cette célébration clôturant le pèlerinage marial, monseigneur Jean Pierre Bassène a demandé aux fidèles de devenir des familles et des communautés porteuses de Dieu au cœur de la société, dans l’accomplissement de nos devoirs civiques. «C’est en allant se faire recenser que Marie a mis au monde Jésus à Bethléem. Dieu au cœur de nos vies». Ce qui n’a pas manqué de pousser l’homme d’église à lancer l’invite faite par la Vierge Marie aux fidèles catholiques. «L’Emmanuelle Marie nous invite à aller voter aux prochaines Législatives, en respectant scrupuleusement le choix de notre conscience», déclare l’évêque de Kolda. Mgr Jean Pierre Bassène ne s’en est pas limité là. Puisqu’il ajoutera que la Vierge «invite aussi les politiciens, s’ils veulent bien l’entendre, à une campagne électorale paisible et élégante en vue des prochaines élections législatives chez nous. Tous les protagonistes de cette prochaine campagne ont suffisamment de quoi se munir dans ce sens». Mgr Bassène demeure persuadé que les acteurs politiques «ont les valeurs  de notre culture qui prônent le respect de l’autre et de sa dignité». «Ils ont les préceptes de leurs religions respectives qui bannissent l’insulte, la diffamation et autres outrages à l’égard d’autrui», fait-il encore remarquer. «Oublier cela ou l’ignorer constituerait une grave menace à l’écologie humaine ou la couche d’ozone éthique abîmée n’offrirait nullement une sécurité pour la jeune génération de notre pays ou celle à venir qui a tout à apprendre des aînées», a conclu l’évêque du diocèse de Kolda.
Dans un sanctuaire marial plein de monde, l’évêque de Kolda, dont le diocèse a l’honneur de diriger cette année la messe de la Pentecôte, traitant du thème  «Marie, mère  et éducatrice : Modèle pour nos familles et nos communautés», a tenu dans son homélie tous les fidèles en haleine.
Placée sous le signe du souvenir célébrant la visite apostolique du Pape Jean Paul II, il y a de cela 25 ans, une visite qui l’a mené au Sénégal, en Gambie, en Guinée, l’évêque de Kolda a rappelé à l’assistance les propos du saint homme qui disait que «le Peuple sénégalais a donné au monde un bon exemple de convivialité, chrétiens et musulmans doivent être des personnes de dialogue». A en croire l’évêque de Kolda, 25 ans après, ces paroles de portée prophétique du Saint Pape Jean Paul II «résonnent encore dans nos cœurs comme une invite au dépassement et à la sauvegarde des acquis». «Comme Marie qui gardait tout dans son cœur en priant, nous avons, quant à nous, à nous délester d’abord de tout ce qui encombre notre cœur, le péché, et de n’y conserver que le bien», a invité Mgr Jean Pierre Bassène.

La Vierge Marie : montrée  en exemple pour les familles et les communautés
Dans son homélie, il a rappelé aux fidèles catholiques que la famille est la première école d’éducation et de socialisation de l’homme, surtout la famille africaine : «Bon nombre de personnes peuvent témoigner, encore aujourd’hui de ce que leur famille leur a apporté d’aussi précieux dans leur vie. Beaucoup d’autres, aussi reconnaissantes, peuvent mettre en exergue le rôle de leur mère dans ce qu’ils sont devenus par l’éducation (…).Toutefois, nombreuses aussi sont d’autres personnes qui souffrent de la malchance d’une famille désunie ou mono parentale ayant pour conséquence la carence d’une éducation adéquate à laquelle ils avaient tous droit», a souligné l’évêque. Il a invité les fidèles à s’imprégner des qualités de Marie, mère et éducatrice. «Je vous salue Marie représente cette mère au cœur de la famille harmonieuse et sereine, ou celle confrontée à de grande difficultés. On la retrouve au sein de la Sainte famille de Nazareth, celle de Jésus Marie Joseph, mais aussi sur le chemin de l’exil, fuyant la menace du roi Hérode qui voulait tuer son enfant nouveau-né. Ceux qui sont affligés peuvent compter sur Marie, elle qu’on n’a jamais entendu dire qu’aucun de ceux qui ont eu recours à elle ou implorer son assistance a été abandonné. Marie résume toutes les qualités des femmes», a soutenu Mgr Bassène.
Face à autant de qualités, l’évêque de Kolda a laissé entendre que Marie doit être un modèle pour nos familles et nos communautés. Poursuivant son homélie devant une foule acquise à sa cause, il est revenu sur les qualités d’éducatrice et de femme de son temps de la Vierge Marie. «La foi de Marie, son humilité et sa disponibilité font d’elle une éducatrice qualifiée. Et ce, d’autant qu’elle a eu l’insigne mérite, avec Joseph, d’avoir à charge l’éducation de Jésus, Fils de Dieu, qui leur était soumis, une éducation tellement réussie. Marie est aussi une femme de tous les temps. Elle est capable de s’adapter aux situations et évènements de la vie, de les analyser et de les réfléchir pour en tirer toujours le meilleur parti, à la lumière de sa foi et sous l’éclairage du Saint Esprit qui demeure en elle. Elle gardait tous les évènements et les méditait dans son cœur», a relaté l’évêque.

S’approprier les qualités de Marie
Selon  Mgr Jean Pierre Bassène, «les conflits et les querelles dans les familles seraient facilement résolus si les gens se souviennent que nous sommes des disciples croyant en un Dieu miséricordieux et de paix». Restant toujours dans son thème, il a invité les fidèles à s’approprier les qualités de Marie telles que «rendre service à autrui dans le cadre familial, porter attention aux autres familles, mais également la confiance dans la société porteuse de valeurs». D’ailleurs sur ce dernier point, il explique que la montée en puissance de la délinquance et de la violence dans nos communautés a sans doute son explication, du moins en partie dans cette démission de la société en matière d’éducation collective.
Face à la conjoncture actuelle où les liens conjugaux et familiaux sont mis à l’épreuve, l’évêque de Kolda soutient : «Une société sans Dieu serait comme une maison hantée. Une société où l’homme usurpe la place de Dieu est comme l’antichambre de l’enfer». «Nos communautés ont besoin de spiritualité, une spiritualité comme celle de la mère de Jésus qui se concrétise dans le vécu au quotidien», a rappelé Mgr Bassène.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here