PARTAGER

Dominé 3-1 sur la pelouse du Bayern Munich, le Psg a malgré tout fini à la première place du groupe B grâce à une meilleure différence de buts particulière (3-0, 1-3). Mais l’équipe de Unai Emery a particulièrement souffert en Bavière.

Dans sa volonté de grandeur, le Psg a assuré l’essentiel à l’Allianz Arena, en conservant la première place du groupe B. Mais pour être champion d’Eu­rope, le leader de la Ligue 1 va sans doute devoir faire plus. Beaucoup plus. Dominé dans l’impact, étouffé lorsque le Bayern Munich a voulu accélérer, le Psg a frôlé la correctionnelle sur la pelouse du club allemand, dans un remake inversé du match aller (la possession du Psg, les contres pour le Bayern). Le souvenir de la claque mémorable reçue au Barça en février dernier lors de la remontada (4-0, 1-6) a-t-il refait surface dans les têtes parisiennes ? Sans doute, surtout lorsque les joueurs de Unai Emery, après avoir vu Ulreich repousser les tentatives de Mbappé (3e) et Neymar (34e), ont rejoint les vestiaires à la pause en étant menés 2-0 (sur des buts de Lewandowski et Tolisso), soit exactement le même score qu’au Camp Nou.
La différence avec la saison écoulée ? Au lieu de couler à pic, le Psg a refait surface durant le second acte. Le vice-champion de France a marqué le but tant recherché et si précieux puisque le Bayern Munich, avec un Ribéry titulaire et porté par un grand Tolisso, a couru jusqu’au bout après cette première place. Battu finalement 3-1, le club parisien a verrouillé son statut de tête de série pour les 8es de finale, au bénéfice d’une meilleure différence de buts particulière (3-0, 1-3). Mais le Psg, dominé pour la deuxième fois de rang après son revers à Strasbourg (1-2), a vu son statut d’invincible et de machine implacable prendre un sérieux coup en à peine quatre jours, à l’image de Thiago Silva, contraint de sortir sur blessure. Surtout, l’état d’esprit devra être bien différent au moment d’entrer dans la «vraie» compétition, celle où tout se joue sur une double confrontation aller-retour. Surtout qu’en 8es, le PSG pourrait retrouver des clients à la victoire finale, comme la Juventus, double finaliste de l’épreuve, ou le Real Madrid, double tenant du titre.

Kylian Mbappé, mister C1
Pointé du doigt ces derniers temps pour certaines prestations ratées (comme à Marseille, où il fut crédité d’un 2) ou ternies par un manque d’efficacité (comme à Monaco), Kylian Mbappé a rappelé pourquoi il était un joueur d’exception. En première période, alors que son équipe sombrait, l’attaquant était l’un des rares à amener de la lumière côté Psg. Dangereux dès la 3e minute, capable d’amener de la vie dans le jeu amorphe de son équipe sur une percée dont il a le secret (24e) ou de décaler Neymar sur l’une des occasions parisiennes (34e), Mbappé s’est vu récompenser de ses efforts. Magni­fiquement trouvé sur une louche de Cavani, Mbappé a réduit le score d’une tête puissante (2-1, 50e), soulageant grandement sa formation dont la première place était grandement menacée. Encore menaçant à l’heure de jeu (64e, 90e+4), l’international français a montré, une nouvelle fois, qu’il savait répondre présent lorsque le niveau de la C1, objectif avoué du Psg, s’élève.
Lequipe.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE