PARTAGER

Après Dakar et Thiès, c’est au tour de Kaolack d’accueillir les loumas agricoles de l’Agence nationale d’insertion et de développement agricole (Anida). Le premier louma qui s’est tenu les samedi 5 et dimanche 6 août 2017 au cœur de ville de Kaolack a été une initiative au bénéfice des agriculteurs et des consommateurs, informe l’Anida dans un communiqué. Tous les premiers week-ends du mois, l’agence mobilise des produits diversifiés et en quantité suffisante «au bénéfice des agriculteurs et des consommateurs des villes». Fruits et légumes, viande de toutes sortes, laitages, produits halieutiques, céréales et produits transformés seront exposés dans une ambiance de marché et avec une hygiène, une qualité et une compétitivité des produits, assure l’Anida. «L’objectif des loumas est de promouvoir le consommer local et d’offrir aux exploitants des fermes de l’Anida la possibilité d’écouler directement leurs productions à des prix suffisamment rémunérateurs et aussi de rendre les produits agricoles plus accessibles aux marchés urbains», rappelle l’agence. En rapprochant producteurs et acheteurs, les loumas permettent aussi de réduire les intermédiaires pour offrir aux producteurs et consommateurs un rapport qualité/prix mutuellement avantageux.
Dans la région de Kaolack, l’Anida assure avoir déjà permis la création de plus 500 emplois directs et 2 000 indirects. Relativement bien dotée en eaux souterraines et avec des types de sols propices aux cultures pluviales et au maraîchage, la région de Kaolack compte 5 fermes agricoles. Une ferme de production végétale et laitière à Taïba Niassène dans le département de Nioro du Rip, une ferme villageoise naatangué à Gapakh, dans la commune de Paoskoto, une ferme villageoise naatangué intégrée à Keur Ali Bassine, dans la commune de Latmingué, une ferme villageoise naatangué à Nguélou, dans le département de Guinguinéo, et une ferme villageoise naatangué à Keur Thierno Ngalane, dans la commune de Keur Saloum Diané.
Selon l’Anida, de nouvelles fermes sont en cours de réalisation à Ndramé Escale, dans le département de Nioro, et la ferme villageoise naatangué de Ndoffane, réalisée dans le cadre du Projet de promotion de l’emploi des jeunes et des femmes (Papejf production végétale).
mamewoury@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE