PARTAGER

En prélude à la sortie de son opus «Waxu suba», le rappeur You Kalahma a présenté avant-hier son nouveau single «Wiri wiri». Le morceau, fait de sabar, parle en fait d’une histoire d’amour. Venu de Ngué­khokh, le jeune rappeur a pour ambition de conquérir Dakar avant de triompher au niveau national.

Le rap est un milieu un peu saturé, mais peu importe pour le jeune You Kalahma qui s’engage plus que jamais à avancer dans ses ambitions. Natif de Nguékhokh, une localité située dans l’ouest du Sénégal, plus proche de la Petite Côte, You veut à travers son nouveau single Wiri wiri se faire connaître au niveau national. Et pour cela, il se dit conscient qu’il faudra conquérir Dakar. En attendant, il s’est déjà fait un nom, mais seulement dans son fief et dans quelques régions du Sénégal. «Le niveau régional est conquis parce qu’on a eu à faire beaucoup de régions. Quoi qu’on puisse dire, on est loin de la capitale. Et pour s’imposer ici, c’est autre chose aussi. Donc on travaille sur cela», révèle-t-il en marge du point de presse durant lequel il a présenté son single.
Ce single, il le présente en prélude à la sortie de son opus intitulé Waxu suba (Ndlr : parole de demain), prévue pour au plus tard en janvier. Dans Wiri wiri, un des morceaux phare, l’auteur traite d’une histoire d’amour. Un son un peu rythmé avec des samples de sabar. «C’est une histoire d’amour, mais quand on l’écoute, ça t’emporte un peu vers le concept de notre musique et de notre vision dans le hip-hop. J’ai voulu aussi sortir un peu le côté traditionnel», fait savoir Youssoupha Camara, (Son nom à l’état civil). Au sujet de l’album à venir, il renseigne également que «tous les thèmes qui y sont développés tournent autour de la société». «Des thématiques qui conscientisent», a-t-il dit

Parcours
Youssoupha Camara alias You Kalahma a commencé à rapper depuis 2007. Il était dans un groupe dénommé Kalama Deugue. «On était 3, mais l’un est décédé. Après, le groupe a eu des problèmes. Alors, j’ai débuté ma carrière solo», fait-il savoir. En 2012, il a commencé à faire des programmations dans la musique. «Je commençais à m’enregistrer dans mon propre studio, mais je n’avais pas de single officiel. C’était un peu dur au début avec les études et tout, mais finalement ça va», dira-t-il. C’est en 2013, après l’obtention de son Bac, qu’il a fait son premier single Wake up, puis Fougnou dieum, Waxma deugue, etc. «On voulait d’abord conquérir notre zone Nguékhokh, toute la Petite Côte en général», souligne You Kalahma. «Il est très connu à Nguékhokh. Ce qui lui pose problème, c’est Dakar. On veut travailler avec l’équipe de Dakar pour conquérir la capitale», appuie Moustapha Ndiaye, un ami venu l’assister.
Interpellé sur ses idoles dans le milieu, M. Camara dit respecter la musicalité des artistes comme Daara J et Gelongal. Il y a par contre d’autres qu’il apprécie pour leurs textes, c’est le cas de Ndongo J et PPS. «Je m’inspire de la réalité quotidienne. J’ai très tôt aimé le rap, mes grands frères l’aimaient aussi. J’enregistrais les sons qu’ils mettaient à la radio, et après je les réécoutais. L’un d’eux était même dans le mouvement hip-hop. C’est comme ça que l’amour pour le rap m’est venu», confie-t-il. Evoquant la particularité de sa musique, il explique : «Je ne fais pas de différenciation entre les catégories de rap. Je fais seulement ce que je sens, en me basant sur ce qui va plaire aux gens. Je fais de la musique pour tout le monde.»
mfkebe @lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here