PARTAGER

Laye Bamba Seck, père de l’artiste Coumba Gawlo Seck, est décédé hier des suites d’une longue maladie qui l’avait cloué au lit. L’illustre disparu était non seulement un révélateur de jeunes talents à l’instar de sa fille devenue une référence, mais il était aussi un «très grand parolier». Après la cérémonie de levée du corps à l’hôpital Principal de Dakar ce matin, il sera inhumé à Touba.

«C’est avec douleur que nous avons appris ce matin le rappel à Dieu du père de notre présidente directrice générale. Laye Bamba Seck a tiré sa révérence. Le vieux est parti sur la pointe des pieds. Après une maladie qui l’a cloué au lit, il s’en est allé laissant derrière lui une famille éplorée, orpheline d’un père chanté pour l’amour qu’il portait à ses enfants», a annoncé hier le site de Dakarbuzz qui annonce le décès du papa de l’artiste de renommée internationale Coumba Gawlo Seck. La levée du corps aura lieu ce lundi matin à la morgue de l’hôpital Principal et l’enterrement est prévu aujourd’hui même à Touba.
Le défunt, informe-t-on, a été un artiste, très grand parolier, auteur de la chanson Soweto qui lança la carrière de Coumba Gawlo. Laye Bamba Seck était aussi un scénariste réputé qui a rédigé il y a plus de trente ans, le film Les cent missions de Rahne Diop. Ancien policier, il voulait à travers cette série, changer les tares de la société en proposant les films policiers au Sénégal. «Solidarité de corps obligeant, 10% des revenus de ce film devraient être versés aux veuves et familles démunies d’anciens policiers», précise Dakarbuzz qui présente également l’illustre disparu comme «un homme multidimensionnel, sociable et d’une humanité rare». Mais ce qu’on retient le plus de lui, c’est qu’ «il était ce que le Sénégal perd de plus en plus : un maître de la parole. Celui-là qui savait composer des mélodies et des rythmes à partir de la voix et accompagnés par des décibels qui font voyager tout le monde ». Selon le site d’information Pointsenegal, «au-delà d’avoir composé d’autres titres qui ont marqué la vie musicale de plusieurs autres artistes, Laye Bamba Seck était également au cœur et au centre du lancement du groupe «Seck sisters». Ses filles et petites sœurs de Coumba Gawlo, vont jouer leur partition en étant des artistes complètes. Joueuses d’instruments musicaux (guitare, batterie, clavier, trompette…), elles étaient aussi des chanteuses confirmées sous la dictée de leur père, le «Bamba» de la parole».
arsene@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE