PARTAGER

Le concept «Ubby tey jang tey» est une réalité à Niakhène. C’est l’avis du maire de ladite commune, Moustapha Sylla, qui a convoqué, ce samedi, un Conseil municipal, qui a regroupé l’ensemble des acteurs de l’éducation pour la remise de fournitures scolaire destinées aux écoles élémentaires et à l’ensemble des daaras de la commune. Il explique que le concept «Ubby tey jang tey», issu du Pro­gram­me de l’amélioration de la qualité et de la transparence (Paquet), est conçu pour permettre aux élèves de démarrer les cours dès le premier jour de la rentrée scolaire. «Ici à Niakhène on l’avait démarré depuis l’année 2015. Et c’est pour mettre en place les fournitures scolaires à temps, pour permettre aux enseignants et aux élèves de démarrer les cours dès le premier jour de la rentrée des classes», dit-il. Sur le terrain également, le concept est matérialisé, renseigne l’expert comptable et président de la Commission des finances du Conseil départemental de Tivaouane, qui estime que «nous avons fait appel au comité de gestion des huit écoles de la commune, mais également à l’ensemble des associations, les groupements féminins et les parents d’élèves pour le désherbage des cours des écoles et alentours des salles de classe. Aussi, à la désinfection des salles de classe, à la réparation des tables bancs et des portails». Un geste qui va permettre, selon l’Inspecteur de l’éducation et de la formation (Ief) de Tivaouane, de respecter le quantum horaire qui est de 900 heures dans l’année scolaire. Mickael Diop s’est félicité des résultats de Niakhène qui placent la commune à la tête du département de Tivaouane avec 75% du taux de réussite au Cfee. Ce qui montre, selon l’autorité académique de Tivaouane, «le travail de titan abattu par le Conseil municipal qui a fait du concept Ubby tey jang tey, une réalité». Ainsi, il s’engage à mettre à temps les enseignants à la disposition des écoles pour que le travail puisse continuer. Revenant sur sa politique éducative, le maire de la commune de Niakhène renseigne, que pour éradiquer les abris provisoires dans l’enseignement élémentaire, il a, dès son arrivé à la tête de la municipalité, construit le seul abri provisoire de la commune. Il s’agit de l’école de Nguembe en 2015. Ensuite, «nous nous sommes tournés vers l’Inspection de l’éducation et de la formation (Ief) pour la réhabilitation de l’école de Niakhène qui date de 1960 parce que les salles de classe étaient dans un état de délabrement très avancé. L’école risquait de s’écrouler à n’importe quel moment. On a donc fait le plaidoyer au niveau du ministère de l’Education nationale. Et en 2016, on a pu obtenir, par le biais du budget de consolidation d’investissement, la construction de 4 salles de classe. Et avant cela nous avons procédé à la clôture de l’école de même que celle Keur Alé». Moustapha Sylla poursuit : «Nous avons commencé à construire des édicules dans les autres écoles. Et dans le budget de 2017, nous avons prévu de construire un mur de clôture à l’école de Lamsing. Aussi la construction de toilettes et édicules au niveau des écoles de Khawlou, Lamsing et Santhiou Thyll.» La rencontre a été aussi l’occasion pour les autorités municipales de Niakhène de se pencher sur les prochaines priorités de la commune. Il s’agit de l’augmentation de la dotation destinée à l’éducation. Egalement d’autres projets en cours pour une bonne gestion de la commune de Niakhène.
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here