PARTAGER

Le juge nigérian Chile Eboe-Osuji devient le nouveau président de la Cour pénale internationale (Cpi), en remplacement de la juge argentine Silvia Fernández de Gurmendi. Son élection a eu lieu dimanche dernier avec «effet immédiat».

Chile Eboe-Osuji est élu pour 3 ans. C’est ce qu’a indiqué une note transmise aux médias par le bureau de la Cour pénale internationale. «Je suis très honoré de la confiance témoignée par mes pairs qui m’ont élu président de la Cour. Alors que je prends mes fonctions, je trouve encourageant de pouvoir compter sur la vaste expérience des deux vice-présidents», a déclaré le nouveau président de la Cpi. Justement, c’est le juge tchèque Robert Fremr, qui est élu premier vice-président et le juge français Marc Perrin de Brichambaut est le 2e vice-président.
Six nouveaux juges ont été élus par l’Assemblée des Etats-parties et ont pris fonction ce vendredi dernier. Chile Eboe-Osuji (né en 1962) est juge à la Cour pénale internationale de La Haye. Il a été élu le 16 décembre 2011 et assermenté le 9 mars 2012. Il était conseiller juridique du Haut-commissaire des Nations unies aux droits de l’Homme.
Le juge Eboe-Osuji est né à Isiala Mbano, Etat d’Imo, au Nigeria, le 2 septembre 1962. Il a une maîtrise en droit à l’Université McGill, Montréal, Québec, Canada et un doctorat en droit à l’Université d’Amsterdam, aux Pays-Bas.
Eboe-Osuji a été appelé au barreau nigérian en 1986 et y a brièvement pratiqué. Après avoir obtenu sa maîtrise en droit de McGill en 1991, il a travaillé comme avocat au Canada, après avoir été admis au Barreau en Ontario et en Colom­bie-Britannique en 1993. Il connaît bien la justice pénale internationale. De 1997 à 2005, M. Eboe-Osuji a travaillé au Tribunal pénal international pour le Rwanda (Tpir) en qualité d’avocat de la poursuite et de conseiller juridique principal auprès des juges du Tribunal. Il a également travaillé pour le Tri­bunal spécial pour la Sierra Leone en tant que Procureur principal de 2007 à 2008, et retournant au (Tpir) de 2008 à 2010 en tant que chef de Chambre, il est devenu conseiller juridique de la Haut-commissaire des Na­tions unies aux droits de l’Homme, Navi Pillay, en 2010, et a occupé un poste croisé en tant que principal avocat de la poursuite devant le Tribunal spécial pour la Sierra Leone dans l’affaire Charles Tay­lor, ancien Président du Liberia. Il est l’auteur de deux livres et de nombreux articles de revues de droit en droit international.
La présidence de la Cpi définit les orientations stratégiques pour l’ensemble de la Cour. Elle est chargée de la bonne administration de l’institution et de la supervision des activités du greffe. Elle mène des enquêtes et, le cas échéant, juge les personnes accusées des crimes les plus graves qui touchent l’ensemble de la communauté internationale : génocide, crimes de guerre, crimes contre l’humanité et crime d’agression.
ndieng@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here