PARTAGER

L’Intersyndicale pour la défense de l’école et des enseignants (Idee), qui regroupe plusieurs syndicats dont l’Union des enseignants du Sénégal (Ues), a lancé hier, un appel au débrayage aujourd’hui à 10 heures dans toutes les écoles du pays. En conférence de presse, Gougna Niang, Sg de l’Ues, et ses camarades ont condamné les ponctions sur les salaires et ils ont attiré l’attention de l’Etat sur d’autres questions très brûlantes.

L’Intersyndicale pour la défense de l’école et des enseignants (Idee) appelle tous les enseignants dans les établissements scolaires sur tout le territoire national à observer un débrayage ce jeudi à partir de 10 heures. Ils veulent déserter les salles de classe pour riposter contre ce qu’ils appellent «les provocations du gouvernement». Hier, en conférence de presse au siège de l’Union des enseignants du Sénégal (Ues), membre de la dite intersyndicale, les enseignants ont exprimé les raisons de leur démarche. Alors, ils ont condamné les ponctions «arbitraires» notées sur les salaires du mois de novembre des agents de la Fonction publique, en particulier ceux qui appartiennent à leur corps. Gougna Niang, Secrétaire général de l’Ues, a fait le point sur cette situation en déclarant que «des baisses variant de 12 mille à 66 mille francs Cfa nous ont été signalées par nos camarades. Interpellées sur la question, les autorités nous ont fait comprendre que ce dérèglement est le fait d’erreurs de manipulations du logiciel de gestion de la solde». Après avoir dénoncé les «retards» dans la mise en œuvre de solutions à ce problème, M. Niang a déploré le fait que jusqu’à la date d’hier, certains de ses camarades attendent toujours «l’effectivité de la réparation promise».
Face à la presse, Gougna Niang et ses camarades ont fustigé le retard récurrent des paiements des salaires. Et en guise d’illustration, ils ont signalé que «depuis plus de 3 mois, les salaires des contractuels, surtout de la formation professionnelle, accusent un retard. Il arrive même que ces agents-là soient payés au-delà du 15», regrette-t-il. Et Gougna Niang de renchérir : «Il y a deux décrets qui auraient dû sortir parce que conditionnant la carrière des enseignants, surtout ceux des maîtres d’éducation physique qui sont sortis du Cneps de Thiès. En fait, ce sont des gens qui officient au niveau des collèges et des lycées mais on les considère toujours comme des maîtres. Et il y a un décret qui est dans le circuit depuis des années pour leur permettre de passer de maître d’éducation physique à professeur de collège. Et ce décret tarde toujours à sortir.» Aujourd’hui, l’Idee ap­pel­le l’Etat à la publication de ce décret et celui relatif à la carrière des élèves-maîtres.
Autre point à être soulevé au cours de la conférence de presse, c’est le «gel» des indemnités de sujétion, les indemnités spéciales, les rappels d’intégration, d’avancement et de validation. L’autre doléance soumise à l’Etat et qui revient tout le temps est le respect du système de rémunération des agents de la Fonction publique.
msakine@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE