PARTAGER

El Hadji Fafa Ndao n’est pas un employé modèle. Alors qu’il a ramassé un chéquier de son employeur, Malang Camara, lors d’un match de foot, il a choisi de le garder pour l’utiliser à bon escient. Une fois chez lui, il s’est rendu compte qu’il y a deux chèques remplis et signés. L’un est de 300 000 et l’autre de 135 000 francs. Le prévenu a arraché lesdits chèques qu’il a remis à un de ses amis pour procéder au retrait. Ce dernier a retiré celui de 300 000 francs qu’ils se sont partagés comme suit. Etant le voleur des chèques, il s’est taillé la part du lion. Il a ainsi pris la somme de 200 000 francs et donné 100 000 francs à son ami. Mais, ils n’auront pas le temps de retirer le second chèque. Car les investigations menées par le patron ont permis de poser la main sur El Hadji Fafa Ndao poursuivi pour vol commis à l’occasion du service et usage de chèque. Des faits qu’il a reconnus sans ambages devant le juge en implorant la clémence du tribunal. Selon le procureur, le prévenu a bien mûri son geste. Car rien ne l’empêchait de restituer le chéquier à son patron après l’avoir ramassé. Il a requis 2 ans dont un an ferme à son encontre. Reconnu coupable par le tribunal, il a été condamné à 2 ans dont 4 mois ferme. Le tribunal a cependant réservé les intérêts de la partie civile absente lors du procès. justin@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE