PARTAGER

Un décret d’avance donne 45 milliards aux projets de Karim et Sindiély – les programmes spéciaux des villes religieuses amputés de 13 milliards le même jour

En 2011, le chef de l’Etat de l’époque, prenait deux décrets d’avance pour financer le Fesman et le Plan Takkal, deux projets gérés par ses enfants. Dans le même temps, il coupait 8 milliards à Tivaouane et 5 milliards à Touba

Le président Abdoulaye Wade a chanté à Touba son amour indéfectible pour la capitale du Mouridisme. Les reporters présents lors de sa visite auprès du Khalife Général ont rapporté que l’ancien chef de l’Etat a affirmé que s’il était resté au pouvoir, il allait réaliser à Touba ce que personne ne pourra jamais égaler. Une déclaration qui a suscité, de la part de plusieurs observateurs, une moue d’ironie dubitative.
Car des personnes se rappellent encore du temps, pas si lointain, où, pour satisfaire les lubies de ses deux enfants, le président Abdoulaye Wade privait Touba de finances. L’exemple est d’ailleurs facile à trouver.
Le Quotidien a pu parcourir le décret 2011-258 du 21 février 2011 qui porte en objet, Ouverture de crédit à titre de décret d’avance pour la somme de 41 milliards 794 millions 013 mille 425 francs Cfa. De ce montant, 20 milliards de francs Cfa sont destinés au Fesman, dont tout le monde se rappelle que Mlle Sindiély Aïda Wade était la véritable maîtresse d’œuvre.
Un second décret, pris le même jour 21 février 2011, a pour objet Ouverture de crédit au titre de décret d’avance pour le Plan Takkal, pour un montant de 25 milliards de francs Cfa. On se souvient également que le Plan Takkal, destiné à financer le programme de développement énergétique de la Senelec, était piloté par le ministre d’Etat Karim Wade, dont l’une des attributions était le secteur de l’Energie.
Quoi qu’il en soit, le fameux 21 février 2011, Wade a signé deux décrets d’avance pour un montant global de 66 milliards 794 millions 013 mille 425 francs Cfa, et dont près de trois quart, à savoir 45 milliards, étaient destinés à des projets gérés par sa progéniture. Mais là où la chose devient intéressant, c’est quand on découvre que le même jour, le président Wade, décidément très actif, fait signer par son ministre l’Arrêté 11667. Ce dernier porte respectivement annulation d’un crédit de 5 milliards de Francs Cfa, destiné au Programme de réhabilitation de la ville de Touba, ainsi que de 8 milliards de Cfa, qui devraient eux, être retirés du Programme spécial de Tivaouane.
Certains diraient que c’est juste une coïncidence, et on n’aurait pas assez d’éléments pour les mettre en doute. Néanmoins, il ne sera pas interdit de constater que le projets gérés par les enfants Wade étaient de loin plus importants que la réhabilitation des cités religieuses. Sans doute que Wade a eu l’intention de faire pour Touba ce que personne n’a jamais imaginé faire. Mais certainement pas avant d’avoir satisfait aux besoins de ses enfants chéris.
mgueye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE