PARTAGER

Face aux décisions «unilatérales et surprenantes» du chef de l’Etat sur le processus électoral et des «comportements dilatoires» de son ministre de l’Inté­rieur pour hypothéquer les élections législatives, la Commission «Orientations et Stratégies» (Cos/M23) demande à Manko wattu senegaal et les forces citoyennes d’«assumer leur posture». D’abord en «récusant radicalement et sans appel» l’organisation de ces élections par Abdoulaye Daouda Diallo, mais aussi en suivant une «dé­marche logique» et «en cohérence avec ses prétentions pour des réformes politiques adéquates aux aspirations du Peuple sénégalais». Abdourahmane Sow et ses camarades militent clairement en faveur d’un «axe programmatique commun» et d’«une liste unique de l’opposition et de forces vives opposées à la gestion autocratique de Macky Sall et son pouvoir».
La Cos/M23 dénonce par ailleurs la gestion de certains dossiers judiciaires aux «relents politiciens».  Elle cite le traitement du cas de Bamba Fall et Cie qui sent de «réelles craintes d’instrumentalisation de la justice sénégalaise par le pouvoir en place, aux fins d’exercer un acharnement injustifié sur des citoyens sénégalais libres». De même, cette ex-structure affiliée au Mouvement du 23 juin exige, dans l’affaire Barthélémy Dias, «le respect du droit et d’une justice libre». En gros, la Cos/M23 demande aux acteurs de la justice de «se maintenir dans la même veine qu’il y a quelques mois de cela, en exigeant la fin du diktat et de l’immixtion de l’Exécutif pour des règlements de comptes politiques».
hamath@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE