PARTAGER

Hier, les femmes du ministère de l’Intérieur et de la sécurité publique ont organisé un panel sur le thème «Autonomisation et rôle des femmes en matière de sécurité» à la place du folklore à l’occasion de la célébration du 8 mars, Journée mondiale de la femme.

Les femmes du ministère de l’Intérieur et de la sécurité publique ont célébré le 8 mars, sans tambour, ni trompette. En lieu et  place du folklore souvent noté lors de la Journée mondiale de la femme, elles ont tenu un  panel sur «Autonomisation et rôle des femmes en matière de sécurité». Les nombreux cas d’agressions accompagnées pour la plupart de meurtres enregistrés ces derniers temps au Sénégal  ont sans doute pesé sur le choix de ce sujet d’actualité. Ainsi pour réduire ces délinquances, les femmes civiles comme celles porteuses d’uniformes de services en poste au ministère de l’intérieur, estiment qu’elles ont leur mot à dire pour juguler ce phénomène. Selon le chef de Service de la formation du ministère de l’Intérieur et de la sécurité publique, «quand on parle d’autonomisation, on revient sur les indicateurs de genre, parler de disparité, d’égalité et tout ce que vous voulez en matière des droits des femmes (…) l’accès aux instances de décision». Sur le point relatif à la question liée à la sécurité, Mme Mariama Ndiaye Sy a indiqué que ses camarades et elles, ont un rôle «d’alerte et de veille» à jouer dans les quartiers. Selon elle, cette mission passe par la vigilance pour détecter les délinquants, trafiquants de stupéfiants, les jeunes endoctrinés et autres afin de mettre au parfum les services de sécurité, compétents pour sévir. En écho, le représentant du ministre a souligné qu’après la féminisation de certains corps, «ce thème permettra d’abord d’interroger le statut des femmes à l’issue de ces différentes réformes, de voir relativement leur condition de travail s’il y a des choses à améliorer. Mais aussi va permettre de favoriser également une discussion entre femmes pour pouvoir permettre au ministère de disposer d’un document qui permettrait s’il y a  des difficultés de pouvoir les résoudre, s’il y a également des marges de progression dans l’amélioration des conditions des femmes que les plus hautes autorités du ministère puissent prendre les dispositions nécessaires», dit-il.
En cette journée où la femme est fêtée, occasion ne pouvait être meilleure pour Cheikh Sadibou Diop pour glorifier ces braves dames qui sont sous les drapeaux. Le directeur de l’Administration générale et de l’équipement dudit ministère s’est réjoui que «les femmes qui sont des composantes à part entière de nos Forces de sécurité travaillent d’arrache pied nuits et jours aux cotés des hommes pour juguler toutes les difficultés et relever tous les défis qui se posent sur le plan sécuritaire et sur le plan de l’administration du territoire». Et d’ajouter : «Nous n’avons pas encore eu de remontées de comportement négatif ou de contre-performance notée chez les femmes. Tout au contraire, il y a de plus en plus, d’année en année une place beaucoup plus prépondérante que les femmes prennent pour pouvoir permettre au ministère de relever beaucoup de défis.»
msakine@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE