PARTAGER

Les factures d’électricité de la mairie de Dakar n’ont jamais été prises en charge par l’Etat. C’est le démenti apporté hier par Khalifa Sall. «L’Etat n’a jamais payé les factures d’électricité de la ville», a dit le député-maire de la ville de Dakar, contrairement à Ibrahima Touré qui confirme avoir payé l’électricité même l’année dernière pour la mairie. A en croire le maire Sall, l’Etat n’a payé que les factures de l’éclairage public. Et cet argent, précise-t-il, «n’interfère en rien dans le budget de la mairie ou dans sa comptabilité». Sa conviction est que «l’Etat veut faire croire que ces sommes proviennent de la caisse d’avance, alors que les ressources que l’Etat met à la disposition de la ville appartiennent aux collectivités locales». Invité à se prononcer sur les fonds mis à la disposition de la mairie, l’inspecteur Ibrahima Touré donne sa langue au chat. «Je préfère ne pas répondre à cette question. Ce n’est pas à moi d’apprécier si ce sont les fonds de l’Etat», répond-il à Me Diaw, avocat de la ville de Dakar. Mais à la question de Me Bathily de savoir si les fiscalités locales recouvrées sont affectées au budget de l’Etat ou à la mairie, M. Touré reconnaît que «tout ce qui est tiré de la fiscalité locale appartient aux collectivités locales».

Ibrahima Touré reconnaît l’existence du décret 2003
Pressé de questions, Ibrahima Touré, gardien de ces fonds, déclare qu’il n’y a aucune perte sur le milliard 800 millions reprochés à Khalifa Sall. Mais il admet que «ces fonds appartiennent à la collectivité de la ville de Dakar» et reconnaît l’existence du décret 2003, relatif aux fonds politiques. Ce problème ne se pose pas pour Khalifa Ababacar Sall : «Les fonds politiques sont tellement limpides. Nous savons ce que nous en avons fait. Nous savons ceux qui en ont besoin. C’est pourquoi quand des charges aussi lourdes planent au-dessus de nos têtes, nous sommes surpris.» Mais ce qui ne s’explique pas, selon Me Mbaye Sène, c’est le fait que pour des charges aussi lourdes qui pèsent sur les épaules des inspecteurs, que ces derniers ne soient jamais inquiétés. D’ail­leurs, suite à la question de savoir s’ils gardent toujours leur poste, Mamadou Oumar Bocoum et Ibrahima Touré ont répondu par l’affirmative. «Je continue à exercer mes fonctions d’inspecteur», avoue chacun d’eux.

Khalifa Sall : «Mbaye Ndiaye a parlé en connaissance de cause»
Aux vidéos projetées par la défense sur des déclarations de Mbaye Ndiaye et de Pape Diop, Khalifa Sall réagit : «J’ai écouté Mbaye Ndiaye. Il a été au Conseil municipal de Dakar depuis 1996. C’est quelqu’un qui connaît bien la ville de Dakar, son fonctionnement et les fonds. Pour lui, ces fonds ont existé, les maires les ont utilisés. Mamadou Diop et Pape Diop s’entendaient avec leur Président (Ndlr : respectivement Abdou Diouf et Abdoulaye Wade). Je ne me suis pas entendu avec Macky Sall. C’est ce que nous savons tous. Ce problème est politique. C’est un aveu de taille. S’il (Mbaye Ndiaye) l’affirme, c’est en connaissance de cause. Il est au cœur de l’Etat. C’est un ministre d’Etat.»
justin@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here