PARTAGER

Le Conseil supérieur des maîtres coraniques du Sénégal est en phase avec l’Etat du Sénégal sur le projet de loi portant modernisation des daaras, bloqué à l’As­sem­blée nationale à cause du refus de certains maîtres coraniques. Le président de la structure, Amadou Tidiane Talla, l’a fait savoir hier lors du 1er congrès dudit Conseil tenu au Grand Théâtre.

Au lendemain de l’incendie qui a coûté la vie à des talibés à la Médina il y a quelques années, l’indignation a été grande. Des mesures ont été annoncées par le chef de l’Etat Macky Sall. Malgré tout, le projet de loi portant modernisation des daaras est en souffrance dans les tiroirs de l’Assemblée nationale à cause du refus de certains maîtres coraniques. Aujourd’hui, l’Etat peut compter sur le soutien du Conseil supérieur des maîtres coraniques du Sénégal pour le vote dudit projet. Hier, lors du 1er congrès du mouvement tenu au Grand Théâtre, le président du Conseil, par ailleurs député à l’Assemblée, a informé que «les 18 articles du projet ont été traduits en wolof et en pulaar. Le texte a été bien compris par les délégués venus des 45 départements. Et ils sont tous d’accord sur le texte».
Face à la presse, Amadou Tidiane Talla est revenu sur le but recherché à travers la mise sur pied d’une telle organisation. Il dit : «L’objectif est de créer une organisation pour améliorer les conditions de vie et d’apprentissage dans les écoles coraniques. Mais aussi pour avoir un interlocuteur qui pourra parler avec l’Etat afin de plaider la cause des écoles coraniques.»
Toujours dans le souci de faire bénéficier aux enfants qui fréquentent les daaras de meilleures conditions, le Conseil envisage d’élaborer des projets en ce sens. D’ailleurs, le parlementaire a indiqué que ses collègues et lui sont en train de travailler pour la mise en place d’activités génératrices de revenus en partenariat avec des organismes comme la Ligue islamique mondiale.
La formation des enseignants de ces écoles figure aussi dans leur programme. Après avoir reconnu que le phénomène des enfants de la rue est dû à la «démission» des parents, mais aussi de l’Etat, Amadou Tidiane Talla a annoncé un projet de loi sur le statut des daaras qu’il compte déposer à l’Assemblée nationale. Selon lui,  il s’agit d’amener l’Etat à prendre en charge ces enfants en leur octroyant des subventions, mais aussi en installant des cantines scolaires dans les écoles coraniques.
Le Conseil supérieur des maîtres coraniques du Sénégal compte également accompagner l’Etat dans la lutte contre le terrorisme.

msakine@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE