PARTAGER

L’Association des femmes pour l’entraide et le développement  (Asfed) a reçu «un financement sous forme de prêt d’un montant de près de 2 millions francs de la Fondation Sococim», informe un communiqué qui nous est parvenu mardi. «Nous sommes un groupement qui s’active dans la transformation des céréales. Nous comptons respecter les engagements qui ont rendu possible l’octroi de ce financement», a expliqué Sokhna Ndiaye, la présidente de l’Asfed, citée dans le communiqué émanant de la Fondation de l’usine de ciment. «C’est un prêt sans intérêt que nous voulons rembourser à date échue», a-t-elle poursuivi sans toutefois, préciser la date d’échéance convenue. Elle s’est aussi réjouie du geste qui est d’un grand apport pour les femmes membres de l’Asfed.
Regroupant onze femmes vivant à Rufisque Est, l’Asfed est un Groupement d’intérêt économique (Gie) qui s’active dans la transformation des céréales. «Il est vrai que les activités de transformation des céréales occupent un grand nombre de groupements à Rufisque, mais nous estimons qu’il y a encore des marchés ouverts pour ces produits ; ce qui nous a conduits à appuyer l’exploitation des dames de l’Asfed», a soutenu, selon le document, Patricia Diagne, administratrice de la Fondation Sococim. «Elles se sont engagées à créer des emplois, à améliorer leurs productions, à développer leurs activités(…). Et, tout ce que nous pouvons leur souhaiter de ce point de vue, c’est que leur exploitation se porte encore mieux, pour qu’elles puissent conquérir des marchés au plan national et international», a affirmé l’administratrice dont les propos ont été tenus à l’occasion de la cérémonie de remise du financement.
abndiaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE