PARTAGER

Alors que les tensions sociales perturbent souvent les relations entre le patronat et les em­ployés, il est primordial de promouvoir le dialogue social. Dans ce cadre, l’Algérie, le Mali, la Mauritanie et le Sénégal partagent leurs expériences.

Le Sénégal, l’Algérie, le Mali et la Mauritanie partagent leurs expériences en matière de dialogue social sous le thème : «Le dialogue social : concept, fondement et mise en œuvre», qui a réuni les représentants gouvernementaux  de ces pays. «Le prétexte, qui nous réunit ici, constitue une pierre supplémentaire à l’édifice que nous entendons bâtir. En effet, cet atelier sous régional  ambitionne d’approfondir notre collaboration par le partage respectif en matière de dialogue social et de représentativité», déroule Abdoulaye Guèye, Secrétaire général du ministère du Travail, du dialogue social, des organisations professionnelles et des relations avec les institutions. «A travers ces regards croisés, le but poursuivi est de mutualiser nos bonnes pratiques afin de constituer un capital méthodologique commun dans les domaines précités en vue d’améliorer nos mécanismes de dialogues», poursuit Abdoulaye Guèye. Selon ce dernier, le Sénégal est l’un des pays qui privilégient le dialogue social pour apaiser les tensions entre le monde du travail et du patronat. Vantant «les pas de géant du Sénégal dans le dialogue social», le Secrétaire général du ministre du Travail cite pour renforcer son argumentaire, «le Haut conseil du dialogue social et le Pacte national de stabilité sociale», «qui donne de la vitalité sociale à notre pays». Considérant  «le dialogue social comme un outil, qui favorise l’émergence de la production et de la productivité», M. Guèye en a profité pour contredire la «vitalité» de ce dialogue social, qui peine encore à apporter des solutions à la crise scolaire au Sénégal avec les interminables grèves des enseignants, qui sapent les fondements de l’école sénégalaise.

Les exigences du Président Macky Sall
Trouvant la transition, le représentant du ministre du Travail d’afficher la bonne disponibilité de gouvernement de s’accorder avec les syndicats d’enseignement pour l’année scolaire en cours, qui vient de démarrer. C’est ainsi qu’il révèle que des instructions ont été données par le Président Macky Sall au gouvernement  à «respecter les accords signés avec les syndicats d’enseignants». La bonne volonté du gouvernement à s’accorder avec les syndicats d’enseignants, selon lui, est matérialisée par la rencontre convoquée à Saly, tout dernièrement par le Haut conseil du dialogue social pour «évaluer les accords avec les syndicats des enseignants».
ambodji@lequotidien.sn 

LAISSER UN COMMENTAIRE