PARTAGER

En octobre prochain, Dakar va organiser une exposition sur la folie et l’évaluation du «ndeup». A cet effet, un atelier s’est penché sur l’œuvre «Psyché» de l’écrivain allemand Hubert Fichte aux fins de préparer l’évènement. C’est le prétexte avancé pour parler de la folie, de la psychiatrie, de l’évaluation du «ndeup».

Psychologues de l’hôpital Fann de Dakar, le plasticien Abdou­laye Diallo et le photographe Boubacar Touré Man­demory ; d’ordinaire ces entités ne se côtoient pratiquement jamais, à moins que ce soit sur un évènement malheureux. Mais hier, l’enjeu était beaucoup plus gai. Ils étaient tous au Goethe institut de Dakar. Accompagnés du Pr Maguèye Kassé, ils ont échangé autour de l’œuvre Psyché de l’écrivain allemand Hubert Fichte.
De la folie en passant par la psychiatrie, sans oublier l’évaluation du «ndeup» (pour des gens qui ne sont pas de culture sénégalaise) et du regard de l’artiste sur la folie, ils ont essayé de comprendre comment on bascule dans la folie. Et ce, un peu partout dans le monde, que ce soit en Amérique du Sud, au Portugal, l’on s’intéresse à l’œuvre de Hubert Fichte. Quelle est la place de l’art dans nos sociétés ? C’est à cette interrogation qu’ils ont essayé de répondre en faisant une traduction de l’œuvre Psyché qui sera prochainement publiée. C’est en prélude de l’exposition au mois d’octobre prochain à Dakar sur le thème que s’inscrit cet atelier.
D’après le Professeur d’Alle­mand Kassé, Hubert Fichte, à travers ses voyages, s’est intéressé à ce qui fait bouger les sociétés et les rapports interculturels (…) en s’intéressant beaucoup aux méthodes traditionnelles de guérison de la folie, notamment le «ndeup» qui était pratiqué ici par le Pr Collomb.
mgaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here