PARTAGER

D’entrée de jeu, un des premiers défis qu’il devait relever aura été de travailler à une bonne allocation des ressources du pays par la mise en œuvre d’une bonne gouvernance locale.
Il importe d’abord de rendre plus attractif l’environnement des affaires pour enfin inviter les investisseurs aussi bien étrangers que nationaux à assurer une saine concurrence entre les ac­teurs.
Il y a cependant des perspectives rassurantes avec les découvertes récentes du pétrole et du gaz dont l’exploitation va commencer incessamment. Nous devons cependant nous réjouir des programmes politiques agricoles, notamment le Pracas dont la principale composante est le Pnar (Programme autosuffisance en riz). Nous pouvons d’ores et déjà affirmer que le Président Macky Sall a relevé le défi de l’autosuffisance en riz dans la vallée.
La Saed ayant joué un rôle de facilitateur avec l’entrée en vigueur de la commercialisation du riz local et la distribution du matériel agricole mise en place par l’Etat.
Sur le plan énergétique, nul doute que les délestages connus ont sensiblement diminué et l’électricité vendue à bon prix, cela a contribué à favoriser le bien-être des Sénégalais. Elle sera soutenue et étendue à l’endroit des collectivités locales, par une électrification rurale au grand bonheur des populations, qui ont vu l’électricité diminuer de 10 pourcent.
S’agissant de l’environnement, des mesures drastiques ont été prises, ce qui a permis le recul du trafic de bois. L’Etat ayant mis d’énormes moyens pour engager une lutte farouche contre les trafiquants de la coupe de bois.
Dans la banlieue, les quartiers jadis inondés ont été libérés des inondations récurrentes grâce aux multiples ouvrages de drainage et du stockage des eaux.
Dans le secteur de la Pêche et de l’économie maritime, la dernière réalisation est le quai de pêche de Yoff inauguré récemment par le chef de l’Etat, et d’importantes réalisations qui ont permis la transformation des produits halieutiques et de subventionner parallèlement les moteurs des pirogues, sans oublier l’acquisition des gilets de sauvetage pour la sécurité des pêcheurs, une lutte est engagée contre les bateaux étrangers qui pillent nos ressources halieutiques, avec le contrôle des ba­teaux pirates qui veillent un grain sur nos eaux territoriales.
Le Président Macky Sall, dès son accession à la Magistrature suprême, a eu comme première priorité : celle de mettre sur pied la Cmu (Couverture maladie universelle), qui vise à instaurer l’équité et la justice sociale sans distinction aucune pour les soins de santé à tous.
Les initiatives de gratuité de soins se sont intensifiées avec l’avènement du Président Macky Sall qui a rendu totalement gratuite la dialyse au Sénégal.
Ainsi, plusieurs programmes ont été mis en œuvre pour enrayer définitivement le cancer au Sénégal.
Sur le plan diplomatique, le Sénégal est un pays respecté à travers le monde pour le rôle qu’il ne cesse de jouer auprès des institutions spécialisées des Nations-Unies.
Le leadership du Sénégal se manifeste dans la contribution aux troupes déployées dans les zones de conflit.
Il faut également noter dans le cadre de la diplomatie, des succès enregistrés au Burkina dans le règlement des conflits où le Président Macky Sall a joué un rôle fondamental et déterminant dans la recherche des solutions pour la sortie de la crise qui a secoué le Burkina, ce qui a conduit ce pays à des élections, transparentes, démocratiques et apaisées.
Le Président Macky Sall a joué un rôle prépondérant qui a permis la décrispation de la crise gambienne et l’installation du Président Adama Barrow sans coup férir.
Une des réformes majeures du Président aura été : l’Acte 3 de la Décentralisation, qui consacre la communalisation intégrale.
Il s’agit entre autres, d’organiser le Sénégal en territoires viables, compétitifs et porteurs de développement durable à l’horizon de 2022.
Président Macky Sall s’est battu sur tous les fronts pour lutter contre l’impunité en réitérant la Cour de l’enrichissement (Crei) pour lutter contre les détournements de deniers pu­blics.
Etant le Président du Conseil supérieur de la magistrature, il est à l’origine de la modification de la Constitution par la création de Chambres africaines extraordinaires pour pouvoir juger les crimes de guerre (cas de Hissein Habré jugé au Sénégal).
Le Président Macky Sall a su imposer dans sa dynamique, une gestion sobre et vertueuse.
La problématique de la modernisation du système judiciaire s’inscrit en droite ligne parmi les priorités du Sénégal émergent.
Le Président a accéléré le processus de la décentralisation par des mesures d’accompagnement car des efforts considérables sont faits pour l’augmentation de fonds alloués aux collectivités territoriales, ce qui a poussé l’Etat à créer le Haut conseil des collectivités locales dirigé par Monsieur Ousmane Tanor Dieng.
S’agissant de la Culture, le chef de l’Etat a doublé récemment les fonds alloués à la Culture pour valoriser le riche patrimoine culturel et encourager les arts, la culture, le cinéma, car la culture et l’art sont des facteurs de cohésion sociale.
Le Président Macky Sall a rendu effective la distribution d’un milliard pour la promotion des arts et de l’industrie cinématographique.
Il faut noter que le cinéaste Alain Gomis a gagné l’Etalon d’or au Fespaco à Ouagadougou.
La territorialisation des politiques publiques est une réforme du 2e mandat.
La politique énergétique a sorti le pays des ténèbres en mettant la lumière dans les villages les plus reculés (électrification rurale).
Le Président Macky Sall est un homme de décision qui a permis à notre pays de retrouver la crédibilité sur la scène internationale.
Plus de 200 000 emplois ont été créés en 5 ans, il ne s’arrête pas là ; mieux encore, l’élargissement du champ politique parlementaire avec l’élection des députés de la diaspora et des candidatures indépendantes, suivies de la baisse de la caution. Dans le cadre du Pudc qui a vu beaucoup de routes réhabilitées, bitumées ou goudronnées. Le nombre de forages réalisés et réfectionnés a été multiplié par 4 à l’intérieur du territoire national, ce qui a contribué à l’amélioration des conditions de vie des populations.
Le secteur privé s’organise petit à petit, car les employeurs arrivent à payer leurs employés, car l’Etat est en train de résorber les dettes des sociétés pour leur permettre d’avoir une santé financière qui leur permettra de pouvoir engager des marchés avec les partenaires financiers.
En somme, on peut dire sans risque de nous tromper que le bilan du Président Macky Sall est largement positif.
El Hadji Tahir THIAM
Thiamelhadjitahir@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here