PARTAGER

Les experts de l’Union européenne avaient donné une bonne note au fichier électoral. Mais Abdoulaye Wade, qui a enfilé la robe de «professeur de mathématique et statistique», souligne leur rapport en rouge et mentionne son «zéro» sur la valeur scientifique de ce document qui, selon lui, est une «véritable escroquerie».

Abdoulaye Wade revient. Mais en tant que «mathématicien et statisticien» pour noter, à son tour, le rapport des auditeurs du fichier électoral. «Le Professeur, entre autres, de statistique mathématique que j’ai enseignées pendant treize ans à Paris et à Dakar note cette copie : zéro», mentionne-t-il dans un texte intitulé «Valeur scientifique du rapport dit de l’Union européenne : zéro». Mais «le professeur Abdoulaye Wade», c’est sa signature, explique s’être «abstenu volontairement» jusqu’ici de réagir «par égard à l’Union européenne au nom de qui a été publié un rapport d’analyse statistique du fichier électoral sénégalais». Donc, «scientifiquement parlant», soutient-il, «ce document est une véritable tromperie pour ne pas dire escroquerie». Et d’ajouter : «L’éclairage donné par l’Union européenne à une délégation de l’opposition montrant qu’en fait l’audit était l’œuvre du gouvernement qui en avait rédigé les termes de références et l’avait piloté, ne demandant à l’Union européenne qu’un support financier, m’a libéré de mes scrupules. Le gouvernement devient ainsi le véritable commanditaire et responsable de ce piètre rapport indigne de spécialistes qui se respectent.»
Le Secrétaire général du Pds relève que, «nulle part les ‘’experts’’ n’ont fait œuvre de spécialistes des statistiques ou ont montré qu’ils connaissaient cette science et qu’ils l’avaient appliquée car on ne voit, dans le rapport, que des affirmations que n’importe qui un peu intelligent, pourrait faire». D’abord, il souligne les «faiblesses» dans la méthodologie utilisée : «Pour faire une étude du fichier électoral, il n’y a que deux voies en science statistique. D’une part l’enquête exhaustive qui implique que l’on examine le fichier entier de A à Z, ce que les experts n’ont pas fait, n’ont pas envisagé de faire et ne peuvent faire. De l’autre, la voie de l’échantillonnage. (Or) Nulle part les experts n’ont dit qu’ils ont travaillé sur un échantillon. Je les défie de publier leur échantillon qui ne peut être tenu secret et d’expliquer en quoi, scientifiquement, il est représentatif du fichier électoral national du Sénégal dans son ensemble.»
Me Wade, qui ne reconnaît ces experts que par des guillemets, en déduit que ces derniers «ont fait un travail qui n’a rien à voir avec un audit scientifique». «Comme le pêcheur à la ligne, ils ont puisé allègrement, dans le fichier électoral, des cas pour illustrer des idées a priori. Ce que n’importe qui peut faire. Nous sommes loin de la science», insiste l’ancien président de la République. Qui, au final, se demande «pour qui (ces experts) prennent les Sénégalais».
Les quatre experts de l’Ue avaient pourtant souligné, lors d’un point de presse, que le fichier, «quoique perfectible» est «cohérent et de bonne qualité», mais aussi «tout à fait utilisable pour aller de l’avant et mener vers les prochaines élections». Même s’ils avaient relevé des erreurs comprises dans une marge de «1,2 à 1,9 %» concernant une centaine de milliers de Sénégalais, relativement à «des noms qui manquent, des données pas complètes ou des inversions».

hamath@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here