PARTAGER

Le Conseil municipal de Diamniadio n’a pas tardé à réagir, après les accusations porté à son encontre par des populations  de Yenne. A la faveur d’un point de presse en prélude au Forum des partenaires que la commune dirigée par Mamadou Moulaye Guèye organise les 28 et 29 juin au Cicad, l’équipe municipale a servi samedi dernier sa part de vérité dans cette affaire qui oppose les deux communes. «Il y a des gens qui sont montés au créneau pour crier à la spoliation. Une spoliation suppose le fait d’accaparer le bien de quelqu’un sans formalité préalable (…) Cette zone est une zone classée qui ne dépendait pas de Yenne, qui ne polarise pas Dougar. Or, cette partie de la forêt classée est polarisée par Dougar qui fait partie de la commune de Diamniadio», a d’emblée expliqué Arona Ngom, chef des services techniques de la mairie de Diamniadio.
Entouré d’autres membres du conseil dont le maire, M. Ngom de souligner que Diamniadio a procédé à une démarche légale pour exploiter ces terres. «La commune de Diamniadio avait demandé à l’Etat, à travers ses services, une déclassification de cette zone. Il y a eu un Comité régional qui s’est réuni pour étudier la demande et un avis favorable  a été émis», a-t-il précisé. «La commune de Diam­niadio, subissant une forte pression foncière, parce qu’abritant le pôle urbain, a la latitude, en tant que Collectivité locale, de solliciter l’Etat sur une zone classée afin de pouvoir dérouler ses projets», a estimé le chef des services techniques pour motiver la demande de déclassification.
Toujours selon M. Ngom, l’avis favorable émis en faveur de Diamniadio crée la peur chez certains promoteurs fonciers. «Le fait que la commune de Diamniadio ait demandé et obtenu un avis favorable pour la déclassification du site, a suscité une certaine peur chez certaines populations qui ont des choses illégales sur ce secteur. Il y a un détournement des terres à des fins personnelles sur ces quelques 1050 hectares», a-t-il laissé entendre, faisant savoir que la procédure va être poursuivie jusqu’à l’obtention finale de la zone.
Mercredi dernier, des populations des villages de Dougar, Gandoul et Ndoukhoura avaient initié un sit-in sur le site pour alerter contre une supposée tentative de la commune de Diamniadio  d’expropriation. «Des informations fondées circulent dans le milieu que la procédure envisagée consiste à déclasser environ 300 hectares, d’en faire un titre d’Etat, de l’affecter au receveur des domaines de Rufisque pour que la mairie de Diamniadio, en la personne de son maire, puisse en bénéficier au détriment de la mairie de Yenne et surtout des populations», avait éventé Omar Youga Sow, porte-parole des protestataires. Ces derniers considèrent cette tentative comme une volonté de déshabiller Jean pour habiller Paul ; ce qu’ils ont affirmé ne pas laisser passer.
abndiaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here