PARTAGER

L’ancien Président critique les montants que les avocats de l’Etat réclament dans la procédure contre Karim Wade. Mais il oublie que son fils a déboursé des montants aussi faramineux pour un dossier qu’il a perdu. Et surtout, en plus, sans que l’opinion ne sache d’où venait l’argent ayant payé ces prestations, vu que Karim nie toute fortune personnelle.

L’ancien Président Abdoulaye Wade a dernièrement, fustigé la prétention des «avocats de l’Etat», de se faire payer des honoraires très importants dans le cadre des poursuites contre Karim Wade par la Crei. L’ancien chef de l’Etat est même allé jusqu’à recommander à son successeur Macky Sall, la meilleure attitude à tenir par rapport à ces juristes : «Macky Sall, au lieu de leur verser les deniers publics, opération qui engagerait sa responsabilité personnelle, devrait, plutôt, les faire renvoyer en correctionnelle pour tentative d’escroquerie et les poursuive également pour enrichissement illicite pour les provisions perçues.»
Pour lui, ces avocats devraient avoir honte de réclamer des montants aussi faramineux à leur pays, «classé parmi les plus pauvres», au risque de se rendre coupables de tentative d’escroquerie.
Cependant, l’ancien chef de l’Etat n’a pas osé pousser la même logique jusqu’au bout, et l’appliquer au cas de son propre fils. Car en fin de compte, Karim Wade n’a jamais pu justifier possession des milliards que la Crei n’a jamais cessés de lui réclamer. Même dans les comptes bancaires qui lui étaient allégués, on n’a jamais trouvé de montants importants, que ce soit à Monaco, au Luxembourg, ou ailleurs. C’est cela d’ailleurs qui a toujours permis à Karim Wade et à ses partisans de crier au complot politique, tout en continuant à clamer, comme l’Autre, que jusqu’à l’extinction du soleil, il ne serait rien trouvé d’illégal à lui reprocher.
Pourtant, Karim Wade a payé tous ses avocats rubis sur l’ongle. Et grassement. Avec quel argent, lui qui n’est censé rien posséder nulle part ?
Il faut se rappeler que la défense de Karim Wade comprenait jusqu’à 16 avocats, dont 9 Européens. Et ce n’était pas n’importe quels avocats. Abdou­laye Wade et son fils Karim étaient allés chercher ce qu’ils pouvaient avoir parmi les meilleurs en France. On a ainsi noté, parmi les gens du Barreau français qui défendaient Karim Wade, des noms comme les anciens Bâtonniers Pierre-Olivier Sur, Jean-Réné Far­thouat, Emmanuel Pellerin, ou Michel Boyon, ancien président du Conseil français de l’Audiovisuel (Csa), entre autres. Un avocat comme Me Farthouat a, par exemple, mis pas moins de trois membres de son cabinet à la disposition de son client.
Or, il est de notoriété publique que ces cabinets d’avocats ne facturent pas leurs clients avec le dos de la cuillère. D’ailleurs, un article publié sur le site xalima.sn donne des chiffres très intéressants sur la rémunération des conseils de Karim Wade. On y apprend que chacun de ces «sorciers blancs» du Barreau percevait entre 1000 et 1500 euros par heure sur ce dossier. Si on imagine qu’il arrivait à chacun de travailler environ 5 heures par jour sur le dossier, cela faisait environ 5000 euros (3 millions 250 mille francs Cfa) par jour de travail et par tête de pipe. Multiplier le montant par 9 personnes, et par semaine et par le nombre de mois qu’a duré la procédure dans l’affaire Karim Wade…
Ces montants ne tiennent pas compte des frais de voyage et d’hébergement, toujours sur le compte du client. En plus, il est arrivé à certains d’entre ces conseils de se rendre dans les différents pays où se traitait ce dossier, comme la Principauté de Monaco, le Grand-Duché de Luxembourg ou Singapour, entre autres. Et chaque voyage ainsi que chaque acte de procédure étaient à la charge de leur client. On peut donc imaginer que les montants payés en dernier ressort par Karim Wade et son père, rien que pour les avocats étrangers, devaient avoisiner, s’ils ne les dépassent pas, le milliard de francs Cfa. Et la part des avocats sénégalais n’y est pas encore comptabilisée.
En 2014, l’un des avocats sénégalais révélait à des proches que Karim Wade avait débloqué pour sa défense sénégalaise, un montant de 100 millions de francs Cfa. Au début de la procédure, la somme paraissait importante. Néanmoins, au fur et à mesure que la procédure se poursuivait, la cagnotte fondait assez rapidement, et le fils de l’ancien Président était obligé de renflouer encore. Ce qui rendait encore plus onéreuse sa défense. Or, comme dit plus haut, à Karim Wade on ne connaît aucune fortune, et lui-même et ses proches ont toujours nié détenir une quelconque part dans les affaires dont la propriété lui est alléguée. D’où la question de savoir, qui a payé les avocats, et avec quel argent, puisque tous ses comptes sont sous séquestre ? Le vieux juriste qu’est Maître Abdoulaye Wade aurait pu donner une question de Droit similaire à des étudiants de Fac des Sciences juridiques.
mgueye@lequotidien.sn

1 COMMENTAIRE

  1. Un milliard de déboursé par Karim Wade pour payer ses 16 avocats et leurs secrétariats.
    1 000,00 €uros à 1 500,00 €uros de l’heure,
    un minimum de 5 000,00 €uros par jour et par avocat
    Ces chiffres sont à gerber, dans un pays où la majorité de la population vit dans la misère
    par la faute d’un voleur aux 4 ministères et fils de Président…
    On voit qu’il n’est pas né pauvre, abandonné par ses parents à un marabout, véreux et cynique
    qui l’a forcé à mendier, tous les jours, dans les rues, sous peine de sévères bastonnades
    si il ne ramenait pas le fric pour enrichir son marabout esclavagiste d’enfant…
    De Karim Wade aux enfants talibés, le Sénégal s’est détourné de l’Islam et de Dieu !

LAISSER UN COMMENTAIRE