PARTAGER
La Première ministre britannique, Theresa May, devant le Parlement.

Sans surprise, la Chambre des Communes britannique a voté ce mercredi 19 avril à une très large majorité en faveur d’élections législatives anticipées, par 522 voix contre 13. Avec le soutien de l’ensemble des députés, la Première ministre, Theresa May, prévoit donc un scrutin le 8 juin prochain.
Lors du débat éclair et extrêmement animé qui a précédé ce vote, Theresa May a pris soin de réaffirmer qu’elle cherchait avec ces élections anticipées à affermir sa position dans le but d’avoir une meilleure main pour négocier le Brexit à Bruxelles.
Mais cet argument n’a nullement convaincu les partis d’opposition qui l’ont accusée d’agir avant tout dans l’intérêt de son parti. Le dirigeant du Labour a ainsi rappelé la volte-face radicale de la Première ministre et estimé que les électeurs ne pouvaient pas lui faire confiance.
Jeremy Corbyn s’est par ailleurs efforcé de faire bonne figure en se disant favorable à ce scrutin, même s’il joue sa tête si comme on s’y attend les travaillistes subissent une sévère défaite. Les députés du parti nationaliste écossais Snp se sont de leur côté abstenus tout en faisant vœu de se battre pour remporter cette fois-ci la totalité des sièges alloués à l’Ecosse alors qu’ils en détiennent déjà 56 sur 59.
Mais c’est en fait le refus catégorique de Theresa May de participer aux débats télévisés prévus avant les élections qui a provoqué le plus de remous au sein du Parlement : les opposants à la dirigeante conservatrice l’ont accusée de lâcheté et de mépris vis-à-vis des électeurs et ils appellent les différentes chaînes à prévoir une chaise vide sur le plateau pour faire pression sur la dirigeante et ses conseillers.
rfi.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE