PARTAGER

Contribuer aux changements de comportement et de situations défavorables à l’assainissement des quartiers et renforcer la capacité des populations pour une participation efficace à la gestion des ordures ménagères. Tels sont les objectifs escomptés à travers le «Projet de promotion de cadres de vie durables dans le département de Rufisque», lancé mercredi par  l’Association pour la défense de l’environnement et des consom­mateurs (Adec).­ «Cette an­née,­ nous avons choisi de travailler sur le droit à un environnement sain. C’est ainsi que nous avons conçu un projet  qui consiste à informer et encadrer les populations à la base en les amenant à mieux connaitre leurs droits, leurs responsabilités surtout  en matière de gestion. Nous voulons  aussi les amener à avoir un meilleur cadre de vie», a fait savoir mardi Maguette Fall, président de l’Adec, à la cérémonie de lancement. «Il s’agit d’un financement de 10 mille euros (six millions 500 mille francs Cfa)», a-t-il éclairé faisant aussi savoir qu’il provient d’une organisation de consommateurs, qui se trouve en Hollande. «Une petite somme», poursuit-il, tout en affirmant qu’ «on peut rendre notre environnement sain sans gros moyens financiers». Mettre en place des cellules Eco-quartiers fonctionnelles, former des relais d’animation de groupes de discussions, susciter et encadrer l’émergence de l’entreprenariat de valorisation des ordures ménagères sont entre autres les actions au menu du projet qui va être déroulé dans des quartiers de six communes du département dont Bargny, Sangalkam, Rufisque Nord. «Les consommateurs parlent de leurs droits alors qu’ils oublient qu’ils ont aussi des obligations», a laissé entendre M. Fall rappelant ainsi aux populations leurs rôles pour pouvoir disposer d’un meilleur  cadre de vie.
abndiaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE