PARTAGER

Pour les besoins de construction d’un échangeur, la station d’épuration de Castors a été détruite la semaine passée. Les habitants des 380 concessions impactées ont manifesté leur mécontentement dimanche contre ce fait qui les prive d’un système de drainage des eaux usées et des ordures ménagères mis en place depuis plus de deux décennies grâce à des participations financières à hauteur de 250 mille francs par famille.

Le Train express régional (Ter) continue de faire des malheureux à Rufisque. Outre les maisons à démolir, les quartiers Castors, Arafat 1 et Arafat 2 (Rufisque Est) ont vu le réceptacle de leurs eaux usées tout bonnement voler en éclats avec le projet du Ter. «Les rues sont actuellement envahies par les eaux usées qui ruissellent en permanence. Pire encore, les toilettes commencent à rejeter le trop-plein d’eau qui remonte à la surface», a dressé comme conséquence de la démolition du centre d’épuration Marième Diouf Prési­dente du conseil de quartier de Castors. «Le réseau permettait le drainage des eaux usées  des quartiers que sont Castors, Arafat 1, Arafat 2  avec plus de 380 concessions. La station d’épuration traitait nos ordures ménagères pour en faire du composte. Il y avait  des plantes, des fleurs et des arbres fruitiers», a-t-elle assuré, affirmant des perturbations in­soupçonnées sur le réseau qui a été dimensionné selon le nombre de branchés.  A la faveur de cotisations mensuelles, les populations de ces quartiers avaient en fait réalisé un système de drainage des eaux usées toutes dirigées vers le centre d’épuration ; l’infrastructure datant de plus de deux décennies. L’eau une fois traitée était destinée à l’activité maraichère dans la zone. «Chaque famille avait contribué à raison de 25 mille francs par mois pendant 10 mois, ce qui revient à 250 mille francs qui ont permis la réalisation du centre d’épuration avec le soutien d’Enda», a rappelé Gaoussou Diop, un membre des impactés se disant outré qu’aucune information au préalable ne leur a été adressée. «Nous sommes sidérés qu’ils soient venus un beau matin  procéder à la démolition de cet ouvrage sans informer personne à Castors», s’est-il étranglé sous les cris de colère des nombreux habitants venus prendre part à la rencontre. «Ceci n’est qu’un avant-goût», a prévenu la présidente du conseil de quartier en parlant du rassemblement de diman­che. «Nous réclamons notre station d’épuration à défaut d’une alternative (…) que s’en suive une solution définitive sinon nous allons passer à la vitesse supérieure», a-t-elle ainsi promis. Les impactés ont eu la visite du tonitruant Omar Faye qui ne s’est pas débiné. «Nous  allons arrêter les travaux. Que tout le monde m’entende, ces travaux ne vont pas continuer tant que les problèmes des populations ne trouveront pas de  solutions», a soutenu le chef de Leral Askanwi.
Acclamé par la foule, celui que l’on surnomme Ridial a annoncé pour ce faire la tenue d’une «marche départementale» pour contrer ce projet. «Ce que Macky Sall et son régime sont en train de faire c’est inacceptable. Ils veulent nous imposer ça et nous ne l’accepterons pas», a ainsi juré Omar Faye.
abndiaye@lequotiodien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here