PARTAGER

Réunis en Assemblée générale dimanche, les Libéraux ont fustigé les projets de l’Etat dans le département. «Je condamne cette volonté de l’Etat du Sénégal de vouloir vaille que vaille installer une centrale à charbon au cœur de ma communauté. Cette installation classée de catégorie 1 est un danger pour la santé publique. D’après les experts, Bargny ne résistera pas aux attaques de la mer, cumulées aux émissions toxiques de gaz à effet de serre d’ici 2045», a fait savoir Djibril Faye. Le 3ème adjoint au maire de Bargny informe qu’en conséquence, «le bureau municipal et les conseillers ont rejeté ce projet (…)». Ces responsables du Pds disent n’avoir «jamais été impliqués dans la lecture de ce protocole dit tripartite». Ils accusent l’Etat d’agir contre la volonté des Bargnois qui rejettent ce projet depuis 2009. Le porte-parole départemental, Ameth Ndir, pense que le pôle urbain de Diamniadio ne fera qu’accentuer la macrocéphalie de Dakar. «Le Sénégal, ce n’est pas simplement le Cap Vert. Comment voulez-vous faire croire aux populations du littoral qu’il est pertinent de mettre un port à Dakar, un autre à Sendou et un autre à Yenne sur moins de 40 km ? Un fait qui risque de faire disparaître l’ensemble de cette bande côtière en moins de 10 ans», a estimé le responsable de Yenne. Un des actes pour désengorger Dakar serait de redynamiser le port de Kaolack. «En 1922, le port de Kaolack a reçu 1 657 navires, se positionnant comme le deuxième port de l’Aof. Pourquoi ne pas récurer, rénover ce port qui va permettre de décentraliser, de délocaliser les activités économiques ?», a-t-il proposé.
En marge de la rencontre qui s’est tenue à Bargny, les responsables libéraux ont étalé leurs ambitions pour les Législatives à venir. A l’instar de Manko wattu senegaal, Ameth Ndir et Cie réclament l’organisation des élections par une personne autre que l’actuel ministre de l’Intérieur.  «Nous n’accepterons pas que Abdoulaye Daouda Diallo organise ces élections, nous ne lui faisons pas confiance», a-t-il martelé.
abndiaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE